Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 22:28

Éditions Gaussen, 2010

cover-Soldats-de-Napoleon.jpg

 

 

 

Dès la première phrase Jérôme Croyet mentionne l’ouvrage de Jean-Claude Damamme Les soldats de la Grande Armée. Cela tombe bien, je l’ai déjà chroniqué sur ce blog ! La différence entre ces deux livres tient en ce que Croyer appuie son étude sur les lettres et écrits des simples soldats, alors que Dammame reconnaissait faire « la part belle aux hommes instruits », dont nous sont parvenus de plus nombreux témoignages. Ces bouts de récits inédits des grognards de l’Empereur ont été excavés par l’auteur dans diverses archives publiques ou collections privées. Ce qui est intéressant c’est que les illustrations qui les accompagnent, dont bon nombre de photos des œuvres, armes et uniformes exposés au musée de l’Empéri, sont également inédites. Jérôme Croyet s’empare de ces sources bibliographiques originales pour dresser un tableau synthétique de la vie quotidienne du soldat sous le Premier Empire. Sont ainsi évoqués le recrutement, la formation au sein du régiment d’affectation, les longues et épuisantes marches des manœuvres – entre 20 et 40 kilomètres par jour ! –, les conditions souvent déplorables d’hygiène, sans oublier bien sûr le combat et le retour au pays natal lorsque le sort se montre clément. À travers ce qu’écrivent soldats français à leur famille on comprend mieux ce que signifie vraiment le mot survivre. C’est avant tout lutter contre l’éloignement, ne pas se laisser envahir par la nostalgie du foyer. La majorité des soldats étaient des paysans, qui n’avaient souvent jusqu’alors pas même franchi les frontières de leur département. L’esprit de camaraderie s’avère alors extrêmement important pour ces hommes regroupés au sein de leur régiment et compagnie en fonction de leur village ou région d’origine. Les campagnes à travers l’Europe leur font découvrir d’autres peuples, d’autres cultures. Le chauvinisme est souvent de mise, car le Français de cette époque sent encore vibrer en lui l’appel révolutionnaire. C’est d’ailleurs ce qui différencie l’armée impériale des autres armées des monarchies européennes : la fibre patriotique est bien plus développée dans les rangs tricolores. Ajoutez à cela la confiance inébranlable placée dans l’Empereur et la possibilité jusqu’alors jamais observée de pouvoir gravir rapidement les échelons militaires, et vous obtiendrez pour résultat un moral collectif qui restera longtemps très élevé. Ce moral déclinera à partit de 1809, au moment où l’invincibilité des troupes impériales commencera à être remis en question sur les champs de bataille d’Espagne et d’Europe de l’est.

Pour ceux que la lecture de l’ouvrage très complet de Jean-Claude Damamme pourrait rebuter, Soldats de Napoléon leur offre un bref mais passionnant aperçu de qui étaient véritablement ces hommes qui combattirent pour la gloire de la France et de Napoléon. On peut faire confiance à l’auteur, docteur en histoire et spécialiste de la Révolution et du Premier Empire, pour ne jamais verser injustement dans la légende dorée ou la falsification des témoignages recueillis.

 


Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article

commentaires

SEHRI-1789-1815 28/10/2010 09:52



POur ceux qui n'ont pas entendu l'émission :


http://www.2000ans.com/2010/10/27/les-soldats-de-napoleon/



Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite