Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 14:03

Éditions du Seuil, 2015

 

 

Michel Pastoureau, historien français spécialiste de la symbolique des couleurs, des animaux et du Moyen Âge, démontre avec cet ouvrage que la grande Histoire, celle qu’on affuble souvent d’un grand H, s’accorde souvent selon les aléas de l’improbable, de ce qui peut passer de prime abord pour une simple anecdote. Il revient en effet sur la mort accidentelle, en 1131, de Philippe, fils aîné du roi Louis VI le Gros. Or, jusqu’au XIIe siècle, il est encore d’usage que le fils aîné du roi de France soit sacré roi dès son plus jeune âge, afin d’assurer officiellement la ligne de succession. C’est donc un roi qui de France qui décède en 1131. Sauf que les circonstances de cette mort paraissent ignominieuses aux yeux des contemporains de l’époque : un vulgaire cochon domestique a surgi et traversé la route aux pieds du cheval de Philippe, lequel a paniqué, a renversé son noble cavalier et s’est abattu sur lui, provoquant de mortelles blessures.

Au-delà des circonstances inhabituelles de cet accident, Michel Pastoureau développe sa thèse au fil des pages : selon lui, cette souillure et cette infâmie dues à un simple porcus diabolicus ont conduit la famille royale à redorer son blason en plaçant désormais le royaume de France sous la protection mariale du lys célestiel et de la couleur bleu, couleur s’imposant comme la couleur divine par excellence. C’est donc en réponse à un porc gyrovague que la monarchie française se serait drappée de ces attributs protecteurs et rédempteurs. Le roi de France devient alors le seul dynaste européen à orner, avec le lys, ses armoiries d’un emblème végétal, au contraire de ses pairs qui arborent quasi systématiquement un animal, à l'instar des léopards anglais ou du taureau suédois. Il devient ainsi rex christianissimus, le « roi très chrétien ». Une thèse originale que l’auteur expose et défend avec brio, nous emmenant dans les coulisses des symboles du pouvoir au Moyen Âge, étudiant leur articulation avec le pouvoir religieux, et narrant le rapport judiciaire que les femmes et hommes de ce temps entretenait avec les animaux. Jusqu’au XVIe siècle, il est ainsi commun de voir des animaux, domestiques ou non, traduits en justice et executés derechef !

Le roi tué par un cochon est un livre d’histoire à la fois très bien documenté et ludique, qui nous conte pourquoi et comment le bleu devint le couleur de la France, grâce à un pourceau égaré. Surprenant et passionnant !

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost1

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite