Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 21:55

Éditions Ouest-France, 2011


cover-grands-mensonges.jpg

 

 

 

Auteur américain de nombreux livres d’histoire militaire, William Weir signe avec Grands mensonges de l’histoire ce qui s’avère être une œuvre collective, puisqu’il est assisté de Kevin Dwyer, Juré Firorillo, Edwin Kiester et Ed Wright. Se répartissant la tâche, ils reviennent sur quinze personnages ou épisodes marquants de l’histoire mondiale. On ne s’étonnera donc pas du tropisme anglo-saxon adopté ici, notamment en ce qui concerne les sujets d’histoire moderne et contemporaine choisis : la chevauchée de Paul Revere, l’épopée de Jesse James, le western des frères Earp, l’insurrection des Philippines, la folle course à l’or d’Harold Lasseter, la mort de John Dillinger, les guerres en Afghanistan, etc. Curieusement, ce sont les épisodes d’histoire ancienne, illustrés au moyen de gravures inédites., qui sont les mieux écrits et les plus passionnants, Les six premiers chapitres amènent ainsi le lecteur aux côtés de Néron, de Ramsès II, des chefs goths, de Robert de Bruce, d’Hernan Cortes et de Galilée, nous faisant découvrir les moindres détails de leur vie tumultueuse. C’est à partir du septième chapitre que l’affaire se corse, puisque les textes des historiens pâtissent d’une traduction française déplorable, à la limite du scandaleux. Certaines phrases semblent même traduites mot à mot ! Les Éditions Dédicaces, basées à Villeneuve d’Ascq et chargées de ladite traduction, n’ont manifestement pas fourni un travail qualifiable de professionnel.


Si ce livre s’intitule Grands mensonges de l’histoire, c’est que chaque chapitre part de fausses vérités inscrites dans la mémoire collective pour ensuite les discréditer par les faits. Mais dénoncer les « mensonges de l’histoire » n’est en fait qu’un prétexte pour aborder les thèmes de prédilection des auteurs. Il est évident que pus personne ne croit aujourd’hui que l’empereur Néron ait pu jouer du violon durant l’incendie de Rome ! Par contre, il est autrement plus intéressant de se pencher sur les luttes de pouvoir qui agitaient alors le monde antique, ce que nous permet partiellement cet ouvrage. On notera d’ailleurs, au sein de la bibliographie placée en annexe, la présence de l’excellent livre d’Alessandro Barbero Le Jour des barbares, déjà chroniqué sur ce site.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite