Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 13:58

Éditions Fayard, 2005

cover-cronstadt.jpg

 

 

Cronstadt ou le récit d’un soulèvement avorté. En mars 1921 plus de 10.000 marins et soldats de la base navale soviétique de Cronstadt se dressent contre le gouvernement communiste. Bien qu’acquis à la cause soviétique, les mutins proclament un nouveau plein pouvoir des soviets et le début d’une lutte à mort contre le communisme de guerre, qui ravage depuis plusieurs années la Russie. L’éphémère « république de Cronstadt » naît donc sous le signe du drapeau rouge et de la lutte révolutionnaire. Tout au long de cet ouvrage, Jean-Jacques Marie, l’un des meilleurs spécialistes français de l’URSS, décortique et expose le processus socio-politique qui conduisit à deux semaines d’une rébellion durement réprimée par la Tcheka. Résultat symptomatique de plusieurs années de guerre civile entre Blancs et Rouges, entre mencheviks et bolchéviques, entre les classes pauvres et l’autoritarisme communiste, la révolte de Cronstadt sonne comme le glas des idéaux socialistes égalitaristes. Cet épisode chargé de ses de l’histoire russe, dont les véritables tenants et aboutissants seront dissimulés par la propagande stalinienne, dévoile l’état d’esprit de ces soldats exilés sur les rivages glacés de la Baltique, oppressés par les conditions de vie indignes imposées par le communisme de guerre. Ceux-ci échoueront à faire se soulever à leurs côtés leurs camarades ouvriers de Petrograd, ce qui aurait pu mettre gravement en danger le gouvernement lénino-trotskiste, toujours agité par les soubresauts de la guerre civile. Spontanée, dénuée d’aucune stratégie politique, la révolte de la base navale paye également son impréparation militaire. Non seulement les grands cuirassés le Sébastopol et le Petropavlovsk resteront à quai faute de brise-glaces disponibles, mais la perte de la base aéronavale d’Orianenbaum condamne dès le premier jour le soulèvement à un échec tactique. Malgré un premier assaut de l’Armée Rouge repoussé et salué comme les prémices d’une nouvelle ère par le comité révolutionnaire de Cronstadt, les bolcheviques, s’emparent en quelques jours l’un après l’autre des fort qui ceinturent l’île. Réduits à s’exiler en Finlande, les quelques milliers de mutins ayant réussi à s’échapper sont parqués dans des camps de concentration tenus par la police finlandaise. Faute de temps l’aide internationale un temps espérée n’est jamais venue – on peut citer par exemple les troupes blanches du général Wrangel cantonnées à Bizerte, en Tunisie, aux convictions politiques fort éloignées de celles des Cronstadtiens mais tout aussi remplies de haine envers les bolchéviques –, et les démocraties occidentales observent avec horreur les communistes affermir leur pouvoir par les armes.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite