Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 20:05

Éditions du Seuil, 2002

cover-quand-les-artistes.jpg

 

 

 

Voilà un beau livre qui ravira à la fois les amateurs de peinture et d’histoire. Béatrice Fontanel, auteur et iconographe, et Daniel Wolfromm, grand reporter, ont réuni dans cet ouvrage les tableaux les plus remarquables de ce qu’on nomme « la peinture d’histoire ». Il s’agit surtout de toiles peintes au XIXe siècle, période où le genre s’est pleinement épanoui. La grande exposition sur l’œuvre de Jean-Léon Gérôme qui s’est tenue au Musée d’Orsay jusqu’en janvier 2011 a récemment permis d’exposer au grand public tout l’intérêt d’une étude des collusions entre art et Histoire avec un grand H. Je ne saurais trop vous recommander la visite de la galerie des Batailles, inaugurée en 1837 par le roi Louis-Philippe au château de Versailles, qui m’a laissé un souvenir impérissable et où vous pourrez retrouver une partie des tableaux présentés dans ce livre.

 

Quand les artistes peignaient l’Histoire de France est avant tout un merveilleux panorama, qui nous fait revisiter l’histoire de notre pays à travers ses batailles, ses personnages emblématiques, ses évènements les plus symboliques. Chaque tableau est exposé en double page, bénéficiant d’un rendu impeccable, et se voit accompagné d’un bref texte d’analyse et de contextualisation historique. Pour ce faire, B. Fontanel et D. Wolfromm se sont appuyés sur les commentaires d’une équipe d’historiens réunis pour l’occasion : Jacques Le Goff pour le Moyen Âge, Daniel Crouzet pour la Renaissance et le XVIe siècle, Danielle Haase-Dubosc pour le XVIIe siècle, Michel Vovelle pour la période révolutionnaire, Maurice Agulhon pour le XIXe siècle, Antoine Prost pour la guerre de 1914-1918, entre autres. Leurs mises en perspectives historiques constituent une manière intelligente de réviser notre histoire nationale, d’autant plus que le choix des tableaux s’avère artistiquement des plus pertinents. Quelques-uns d’entres-eux sont largement connus, tels Richelieu sur la digue de La Rochelle peint par Henri Paul Motte (1881) ou Le Coup d’État du Dix-Huit Brumaire de François Bouchot (1840), mais la plupart sont de véritables découvertes. La dramaturgie de L’Excommunication de Robert le Pieux (Jean-Paul Laurens, 1875) et de L’agitateur du Languedoc (idem, 1887) impressionnent, les assassinats peints par Mélingue, Robert Fleury, Delaroche et Housez nous saisissent, La Bataille de Taillebourg (Eugène Delacroix, 1837) et le Combat sur une voie ferrée d’Alphonse de Neuville (1874) nous transportent au cœur de la guerre…

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Arts et histoire
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 14:00

Éditions José Corti, 2011

Gracq-Manuscrits-de-guerre.jpg

 

 

 

Les éditions José Corti ont eu la très bonne idée de ressortir des placards de la Bibliothèque Nationale de France deux cahiers d’écolier inédits, rédigés par Julien Gracq lui-même. C’est pourquoi ces Manuscrits de guerre, que l’auteur ne souhaitait à l’origine pas publier, nous sont livrés aujourd’hui, en deux parties bien distinctes. La première, intitulée Souvenirs de guerre, prend la forme d’un journal tenu au jour le jour par le lieutenant Poirier (Louis Poirier est le vrai nom de Julien Gracq). Écrit à la première personne, il narre les tribulations du chef de section et de son unité en territoire belge, sur une période comprise entre le 10 mai et le 2 juin 1940. Oscillant entre le comico-burlesque et le dramatique, Louis Poirier exprime ses doutes, ses peurs, ses incompréhensions devant une guerre insaisissable. Bringuebalant son unité par monts et par vaux, aux ordres d’un commandement militaire visiblement dépassé par la vitesse de l’avancée allemande, il se retrouve confronté aux vicissitudes du quotidien : ravitaillement de la troupe, changements d’itinéraires, contre-ordres, accrochages éphémères avec l’ennemi. Récit, la seconde partie de l’ouvrage, narre quant à elle à la troisième personne les aventures du lieutenant G. et de ses hommes, sur les seules journées du 23 et 24 mai. Julien Gracq réalise l’exercice de style consistant à mettre en récit ce qui, dans les Souvenirs de guerre, n’était que le compte rendu succinct de deux journées parmi d’autres. L’occasion de personnaliser son épanchement littéraire, au sein duquel métaphores, images et autres comparaisons ont la part belle, et de revenir sur l’incurie d’une véritable débâcle militaire. Ainsi l’entend-on déclamer : « Une espèce de flou apparaissait là où tout eut dû être taillé à arrêtes vives : ordres approximatifs, destinés peut-être à sa couvrir, qui demandaient beaucoup en s’attendant à obtenir un peu moins – directions mal précisées : " par là " – " un kilomètre plus loin " – compte rendus jamais demandés, pas plus qu’on demande à un pion sur un échiquier comment il passe sont temps – missions des plus vagues, parfois complètement passées sous silence, comme s’il s’était agi avant tout de faire acte de présence pour la bonne règle dans une espèce de champ de bataille abstrait, pour " compléter le dispositif ", sans qu’on en attendit vraiment quelque résultat que ce fût. » (p. 207).

 

À titre personnel, j’ai trouvé les Souvenirs de guerre bien plus intéressants que le Récit proposé en seconde partie d’ouvrage. L’écriture de Julien Gracq y est plus nerveuse, plus incisive, et retranscrit bien le chaos à la fois opérationnel et psychologique des soldats français en 1940. Si on ne peut remettre en cause la qualité littéraire du Récit, il lui manque cette puissance d’évocation et cette force du témoignage qui caractérisent les grandes fresques militaires, à l’image des Journaux de guerre d’Ernst Junger.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 13:07

Éditions du Seuil, 2011

cov-comprendre-la-geopolitique.jpg

 

 

 

Ce que j’apprécie par-dessus tout chez Frédéric Encel, c’est la clarté de son propos, qui s’appuie sur la pertinence et la multiplicité des exemples fournis. Dans Comprendre la géopolitique, il cherche à retranscrire de manière précise les nombreux dénominateurs communs du terme « géopolitique ». Pour cela il convoque les concepts de frontière, de souveraineté, de puissance, de rapports de force, d’opinion, de terrorisme et de guerre. Cette mise en perspective théorique se double d’une mise en perspective historique, lorsque l’auteur expose les différents intellectuels et écoles qui furent à l’origine de la géopolitique entendue comme discipline universitaire. Ainsi la géopolitique devient avant tout « un raisonnement intellectuel », qui synthétise les divers pans de l’étude des relations internationales. Si le géographe Élisée Reclus avait proclamé au début du XXe siècle que la géographie n’était autre chose que l’histoire dans l’espace, de même que l’histoire était la géographie dans le temps, on serait tenté d’en dire de même pour la géopolitique. Cette dernière emprunte en effet constamment à la géographie, à l’histoire, à l’économie, ou encore à l’art militaire.

 

Même si, comme on le voit, la géopolitique est un terme qui recouvre de nombreuses acceptions, sa pensée contemporaine ne doit en aucun cas faire l’économie d’une visée proactive. Ainsi Frédéric Encel considère-t-il cette discipline comme un cadre d’analyse permettant « d’accompagner en temps de crise les diplomates et responsables politiques dans leur prise de décision, et les simples citoyens dans leurs prises de positions ». À l’inverse, ce présupposé permet notamment d’affiner notre compréhension de certaines décisions diplomatiques. Si Sadate effectua une visite de Jérusalem en 1977, c’était pour s’attirer les bonnes grâces des États-Unis, leur aide économique participant au développement économique de l’Égypte. Si Begin engagea une guerre au Liban en 1982, c’est qu’il visait la destruction de l’OLP, afin d’entraver la constitution d’un État palestinien dans les territoires. En fin de compte, la notion de géopolitique rejoint toujours celle de conflit. D’où, selon l’auteur, la nécessité d’un questionnement éthique. Faut-il penser la guerre pour mieux la gagner ou pour mieux la combattre ?

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Relations internationales
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 21:56

Éditions Odile Jacob, 2011

couv almeida

 

 

Longtemps méprisée par une historiographie cherchant sa crédibilité dans un traitement scientifique des données au détriment d'un profitable effort d’imagination, l’uchronie est désormais à la mode. Depuis une douzaine d’année, sous l’impulsion des historiens anglos-saxons, l’histoire contrefactuelle inspire par exemple aussi bien la bande-dessinée que la très sérieuse série What if?. À chaque fois le principe est le même : peindre de manière crédible les scénarios divergents de la petite ou de la grande histoire. Ou pour le dire autrement, « à partir de matériaux fiables, il s’agit de proposer le roman de ce qui aurait pu se passer ». L’histoire potentielle contribue ainsi à éviter une mythologisation du passé, constituant de fait une méthode efficace pour penser l’état et le devenir des sociétés.


C’est munis ce postulat de départ qu’Anthony Rowley, professeur à Sciences-Po, et Fabrice Almeida, ancien directeur de l’Institut d’histoire du temps présent, ont écrit Et si on refaisait l’histoire ?. Ensemble ils présentent aux lecteurs seize chapitres d’histoire alternative, qui abordent l’antiquité, le Moyen-Âge, l’époque moderne, la guerre du Kippour, etc. Si le scénario d’un Ponce Pilate épargnant Jésus s’avère peu plausible, puisqu’escamotant la dimension eschatologique du Christ, si celui d’un Napoléon III prévenant le déclenchement de la guerre de 1870 est dépeint de manière trop brouillonne pour s’avérer pertinente, les autres canevas évènementiels stimulent notre intellect de manière réjouissante. Souvent, les conséquences des bifurcations historiques proposées estomaquent le lecteur. Si la bombe atomique n’avait pas été au rendez-vous en 1945, de nouvelles centaines de milliers de morts se seraient ajoutées au tragique bilan comptable de la Seconde Guerre Mondiale. Si Israël avait été rayé de la carte en 1973, sous les coups de boutoir des armées égyptienne, syrienne et jordanienne, l’État palestinien ne serait peut-être aujourd’hui qu’une simple chimère. Deux exemples parmi tant d’autres possibles…

 

On ne le dira jamais assez, mais l’uchronie est un exercice des plus salutaires.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 22:27

Éditions Gallimard, 2010


 cover-sureau.jpg

 

Inigo tel un feu. Tel ce feu de la conversion qui brûle et ravage Inigo López de Loyola, celui qui fonda en 1539 la célèbre Compagnie de Jésus. Ce livre, qui se démarque du paysage littéraire français par la très grande qualité de son écriture, n’aborde ni  le pèlerinage en Terre Sainte ni la période jésuite d’Ignace de Loyola. Il se penche sur le jeune gentilhomme espagnol avide de gloire et de hauts faits, qui défend coûte que coûte les contreforts de la citadelle de Pampelune face aux assauts de l’infanterie et de la cavalerie françaises. Blessé par un boulet, la jambe brisée, celui-ci se retrouve cloué au lit pendant de nombreuses semaines. Temps de doutes, d’angoisse et de remises en cause. S’ensuit le récit assez hallucinant d’une conversion spirituelle que rien ne laissait présager. Touché par la grâce divine, Ignace décide d’abandonner le métier des armes, et se fera pèlerin puis ermite, vivant d’ascèse et de prières.

 

Inigo, comme je l’ai déjà dit, est un livre sur la conversion. Tout le talent de l’auteur est d’en restituer l’incommensurable violence. Submergé par l’amour de Dieu, Ignace n’en saisit ni les tenants ni les aboutissants. Il choisit de laisser désormais cette force spirituelle guider sa vie. En une invitation permanente au service désintéressé, à l’oubli de soi, à l’abandon total. Le lecteur assiste au combat de ce soldat contre ses pulsions d’homme : honneur, désir de gloire, plaisirs de la chair. Le style extrêmement sensible de François Sureau nous transporte dans un tourbillon d’états d’âme, au beau milieu d’une bataille spirituelle dont le protagoniste sortira éprouvé mais réconcilié avec lui-même. Et l’auteur de citer Rimbaud en épitaphe : « le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d’hommes ». Avec cet ouvrage il fait œuvre de portraitiste, où pour le dire plus précisément de peintre de la conscience. Un exercice de style brillant, à l’évocation puissante, mais qui ne nécessitait pas les quinze pages d’apostille finales.

 


Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Fictions
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 14:44

Éditions Robert Laffont, 1ère publication en 1990 revue en 2008


cov-Anthologie.jpg

 

 

 

Réunir en un seul ouvrage tous les plus grands textes de stratégie militaire écrits depuis la nuit des temps : tel est le pari fou tenté par Gérard Chaliand. Et force est d’admettre que ce pari est pleinement réussi. Bien sûr une anthologie suppose certains choix arbitraires de la part de son auteur, mais l’épaisseur de l’ouvrage –1500 pages ! – lui confère une exhaustivité maximale. On retrouve bien sûr les historiens ou stratèges les plus célèbres, à l’image de Jules César, Sun Tse, Vauban, Clausewitz ou encore Guderian, mais on découvre également pléthores d’écrits méconnus, comme Le rouleau de la guerre (Ier siècle av. J.-C.), le Livre des ruses arabe (XIVe siècle), La conquête du Pérou de Francisco de Jerez ou Le traité des stratagèmes de Joly de Maizeroy. Gérard Chaliand introduit chaque extrait d’œuvre par un bref paragraphe de présentation de son auteur et du contexte historique. Il déroule sous nos yeux quatre mille ans d’art de la guerre, sans omettre une seule des grandes périodes géostratégiques : l’orient ancien, la Grèce et Rome, Byzance, la Chine, l’Inde, les Arabes, les Persans, les Turcs, les Mongols et l’Asie centrale, les XVe-XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles, l’âge du nucléaire, et enfin la stratégie à l’heure de l’hégémonie américaine. Certains passages de cette anthologie se lisent comme des récits d’aventure. J’ai à titre exemple été tout particulièrement frappé par la retranscription que nous livre Xénophon de la retraite des dix mille, effectuée sur 2500 kilomètres et pendant plus de huit mois par une armée de mercenaires grecs harcelée par l’ennemi. Une des grandes originalités de l’auteur est d’engager une réflexion non pas occidentalo-centrée, mais qui prend en compte les influences théoriques reçues des Byzantins, Chinois, Indiens et musulmans. Dans sa brillante introduction, Gérard Chaliand montre en effet que jusqu’au XIVe siècle, « l’antagonisme fondamental, à l’échelle du continent eurasiatique, est celui entre nomade et sédentaires ». Une idée qu’il développera à nouveau dans son Nouvel art de la guerre, livre déjà chroniqué sur ce blog.

 

Le lecteur ne peut s’y méprendre : cette imposante Anthologie  mondiale de la stratégie est sans aucun doute le must-have ultime en matière de polémologie. À se procurer d’urgence, sans hésitation !

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Stratégie militaire
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:28

Éditions Gallimard, 1996

covers baudelaire

 

 

Les Fleurs du Mal, au même titre que Les Trophées de Heredia, sont un des plus grands chefs-d’œuvre de la poésie. Charles Baudelaire, en cherchant à extraire la beauté du mal, nous livre des vers à jamais ancrés dans la mémoire collective. Il serait trop facile de citer pour exemple L’Albatros, appris par cœur par plusieurs générations d’écoliers, tant les poèmes qui composent ce recueil s’avèrent plus éblouissants et émouvants les uns que les autres.

 

De prime abord, ce livre peut surprendre par le côté extrêmement sombre des sphères explorées. Il n’y est pas question d’amour parfait, mais de femmes fatales, de monstruosités, de mort, de putréfaction des corps et des âmes. Certains passages, tels Les métamorphoses du vampire (p. 197), convoquent même un registre des plus horrifiques :

                                                                                                                              

« Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,

Et que languissamment je me tournai vers elle

Pour lui rendre un baiser d’amour, je ne vis plus

Qu’une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus ! »

 

 Ce n’est pas pour rien que Baudelaire fut en son temps traîné devant les tribunaux – et condamné ! – pour outrages aux bonnes mœurs, comme le fut Flaubert pour Salammbô. Mais la puissance d’écriture de l’auteur ne se complaît jamais dans l’abject ou le laid, restituant le malaise de la condition du poète grâce à un lyrisme poignant, nullement éthéré. Si la menace de la damnation sourde à chaque rime, son talent de peintre n’est jamais aussi évocateur que lorsqu’il saisit le choc des épées (Duellum p. 69) :

 

« Deux guerriers ont couru l’un sur l’autre ; leurs armes

Ont éclaboussé l’air de lueurs et de sang.

Ces jeux, ces cliquetis du fer sont les vacarmes

D’une jeunesse en proie à l’amour vagissant.

 

Les glaives sont brisés ! Comme notre jeunesse,

Ma chère ! Mais les dents, les ongles acérés,

Vengent bientôt l’épée et la dague traîtresse. »

 

Un talent de peintre qui lui permet également de restituer la couleur et la lumière des lieux les plus anodins :

 

« Et le soleil, le soir, ruisselant et superbe,

Qui, derrière la vitre où se brisait sa gerbe,

Semblait, grand œil ouvert dans le ciel curieux,

Contempler nos dîners longs et silencieux,

Répandant largement ses beaux reflets de cierge

Sur la nappe frugale et les rideaux de serge. »

 

Les Fleurs du Mal se respirent sans modération ; leur scansion envoûtante exhale un parfum capiteux qui ne peut laisser indifférent. Grisé par le rythme et la mélancolie irrépressible du spleen, le lecteur ne peut que s’incliner devant la geste poétique du poète maudit. À plusieurs reprises je me suis retrouvé à en débiter les vers intérieurement, sans chercher à en comprendre le sens, pour le pur plaisir de voir l’harmonie jaillir de leurs rimes.

  

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Poésie
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 21:33

Trimestriel édité par Mondadori France


couverture Guerres-Histoire-1

 

 

Dans la lignée du magazine Science & Vie, le groupe Mondadori France a lancé en mars une nouvelle revue trimestrielle : Guerres & Histoire. L’objectif avoué est d’offrir au grand public un magazine sérieux de vulgarisation historique, grâce de nouveaux éclairages sur les grands épisodes et problématiques historico-militaires. Le rédacteur en chef de cette nouvelle publication est Jean Lopez, l’auteur de Koursk – Les quarante jours qui ont ruiné la Wehrmacht (5 juillet – 20 août 1943), spécialiste de l’Armée rouge et du conflit germano-soviétique. Il est entouré d’une équipe de férus d’’histoire militaire, tels Pierre Grumberg (rédacteur en chef adjoint), Michel Goya ou Laurent Henninger (chercheurs à l’IRSEM). Si l’on étudie un tant soit peu la une de ce premier Guerres & Histoire, on s’aperçoit que toutes les périodes de l’histoire sont abordées, de l’antique bataille de Leuctres à la prise d’assaut du palais de Kaboul par le KGB en 1979, en passant par l’organisation tactique des tercios espagnols, les campagnes de Napoléon Ier ou bien encore la Seconde Guerre mondiale. Grâce à ses nombreux articles bien documentés, Guerres & Histoire mixe les formats et les références historiques. On y trouve aussi bien des chroniques – dont une savoureuse de Charles Turquin sur Suffren – que des articles de fond ou des rétrospectives historiques sur tel ou tel évènement militaire. On trouve également des brèves de l’actualité internationale, une grande interview exclusive, un reportage photos, des questions-réponses, et quelques rubriques culturelles (livres, DVD/films, expos, jeux vidéos). Le dossier principal, quant à lui, porte ici sur les limites et l’étendue du génie militaire napoléonien. Placer Napoléon en couverture, c’est déjà l’assurance d’attirer l’attention du public, pour qui le bicorne et la figure impériale font office de produits d’appel.

 

On peut dire que le pari lancé par le nouveau venu Guerres & Histoire est pleinement réussi. Avec 116 pages en a pour son argent, les articles sont intéressants, bien écrits, présentés de manière ludique, J’ai particulièrement apprécié le focus sur « Leuctres ou le triomphe de la géométrie sur le nombre » (cf. ma chronique sur La guerre du Péloponnèse de Victor Davis Hanson), ainsi que l’étude sur « Les Tercios, bras invincible de l’Espagne » (ces troupes sont d’ailleurs reconstituées de fort belle manière dans le film d'Augustin Diaz Yanes Capitaine Alatriste). Cependant, un point reste à améliorer : même si la mise en page est assez agréable, celle-ci gagnerait à être plus aérée. Si cette revue conserve le sérieux de sa ligne éditoriale, si elle continue à aborder avec pertinence l’histoire militaire d’hier et d’aujourd’hui, nul doute qu’elle saura conquérir son public. Bref, vouloir mettre au goût du jour le caractère fondamental de l’histoire militaire est une très belle initiative, qui mérite d’être saluée.

 

Publication du second numéro le 17 juin : le rendez-vous est d’ores et déjà pris !

                                                        


Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 13:41

In Flaubert – Œuvres (tome I), Bibliothèque de La Pléiade, éditions Gallimard, 1951

cover flaubert

 

Salammbô fait incontestablement partie des plus grands romans historiques de tous les temps. Flaubert y érige le style littéraire en un véritable art, mêlant la luxueuse profusion de ses descriptions à l’épisme saisissant d’une narration trépidante. Il nous transporte dans l’ancienne Carthage et nous fait miroiter le faste de ses cérémoniaux religieux. Il nous conduit au faîte de ses murailles, pour mieux contempler l’armée des barbares qui, par deux fois, viennent l’assiéger. Il nous conte l’antique Guerre des Mercenaires, en traçant le sillon sanglant des sièges, des batailles et des sacrifices. Mâtho, le chef d’une armée de mercenaires réclamant à Carthage le paiement de sa solde, devient grâce au génie de l’auteur l’incarnation de l’individu happé par les tourbillons du destin et des sentiments. Désirant plus que tout que Salammbô, la fille d’Hamilcar Barca, lui appartienne un jour, son amour fou le conduira aux pires sacrilèges et au déchaînement de forces meurtrières. Il expiera ses fautes lors d’un ultime châtiment.


Flaubert sait comment peindre le tourment des passions les plus sauvages et primaires, c’est pourquoi son récit transpire la violence et la mort, le carnage et la haine. Il n’a pas son pareil pour décrire le faste d’antiques mausolées ou nous faire contempler la farouche beauté des plateaux nord-africains. Utilisant un langage de spécialiste, il convoque toutes les tribus de l’antiquité pour nous offrir un panorama époustouflant de leurs traits les plus remarquables, de leurs coutumes et de leurs rites. Sans jamais abrutir le lecteur sous la multitude de ses savantes connaissances, il démontre avec Salammbô que le récit peur parfois s’accorder avec le travail de d’historien le plus exigeant qui soit. Ce sont plusieurs années d’études, de voyages et de recherches qui lui permirent de ressusciter sous les yeux ébahis du lecteur le panthéon des dieux carthaginois, le grouillement des peuplades méditerranéennes et les rivalités politiques de l’époque. Les tactiques et stratégies d’Hamilcar pour achever une guerre d’usure annonce la grandeur d’un fils caché, cet Hannibal qui fera vaciller Rome de son piédestal. Sa fille Salammbô, personnage à la fois romantique et tragique, se dresse comme une allégorie surréaliste incarnant tous les fantasmes : celui du pouvoir, de la beauté, de la richesse, de la préscience… Au fil des pages on assiste au crescendo inéluctable des plus folles passions, dont les deux exutoires s’avèrent être la barbarie et le fanatisme religieux. Ce livre est presque un paradoxe en soi, tant la cruauté des violences et la peinture des plus effroyables tortures tranchent avec une si belle prose. Comme l'a dit Théophile Gautier en son temps "Salammbô : ce n'est pas un livre d'histoire, ce n'est pas un roman, c'est un poème épique !"

 

Bien sûr, une telle œuvre ne peut dignement se savourer que dans un écrin à sa mesure. Dans cette optique, un ouvrage de la Bibliothèque de La Pléiade, avec son papier bible relié en pleine peau, fait office du compagnon de lecture idoine.

 


Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Fictions
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 10:51

Éditions Fayard, 2007

cover-soljenitsyne.jpg

 

 

Cet ouvrage est une analyse et une mise en perspective historiques de la révolution russe de février 1917. Soljénitsyne y définit la nature de cette rupture historique, en narre le déroulement, pour ensuite en dégager les causes et le sens. Mais peut-on vraiment utiliser le terme révolution ? L’auteur démontre tout au long de ses réflexions qu’il s’agit en fait plus d’une déliquescence du pouvoir que d’une révolution à proprement parler. Le pouvoir du tsar s’est ainsi évanoui en quelques jours seulement, sous la pression conjointe du mouvement libéral et de l’agitation ouvrière à Petrograd. Et Soljénitsyne de citer Melgounov (journaliste et historien russe du début du XXe siècle) : « Le succès d’une révolution, comme l’a montré toute l’expérience historique, dépend moins de la force de l’explosion que de la faiblesse de la résistance. » Difficile en effet de croire que l’empereur Nicolas II et son frère cadet Alexandrovitch Michel aient accepté d’abdiquer si rapidement, sans opposer de réelle résistance à ce qui n’était, au 1er mars 1917, qu’une rébellion parcellaire et géographiquement très limitée. Soljénitsyne nous explique ici dans quelle mesure les aspirations au changement ont pu balayer si rapidement le régime tsariste, pour être aussitôt rattrapée par l’idéologie soviétique. Victoire présumée d’un réformisme socialo-libéral, la révolution de Février 1917 constitue en fin de compte une simple accélération du temps politique russe, telle une parenthèse qui, en se détournant du l’absolutisme tsariste, annonce presque aussitôt les prémices d’un totalitarisme nouveau. Si Nicolas II n’a jamais su s’entourer de conseillers et de personnes de valeur, le tableau du gouvernement provisoire de février 1917 n’est guère plus reluisant, lui qui réunit politiciens inexpérimentés et opportunistes incompétents. Préoccupés par une guerre qui dure depuis trois ans, les acteurs politiques russes ignorent alors qu’ils seront bientôt touchés par une guerre civile sanglante. Jamais ils n’ont pris en compte les aspirations réelles du peuple, celles de la paysannerie et du prolétariat naissant. Lâché par son haut commandement militaire, le tsar s’est réfugié dans la voie de l’immobilisme, attitude qui sonna le glas de tout espoir de réconciliation nationale.

 

Réflexions sur la révolution de Févrierest un livre qui se démarque par la justesse et la profondeur de son analyse historique. Sa lecture requiert un minimum de connaissances sur la situation de la Russie au début du XXe siècle, si tant est qu’on veuille appréhender pleinement l’analyse de l’auteur.

 

Alexandre Soljénitsyne a reçu le Prix Nobel de Littérature en 1970.

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire
commenter cet article

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite