Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 19:36

Coédition Bernard Giovanangeli Éditeur & Ministère de la Défense, 2012

 

cover-detaille.jpg

 

 

 

Saluons l’heureuse initiative d’enfin publier un ouvrage dédié au remarquable peintre que fut Édouard Detaille. Édouard Detaille, un siècle de gloire rend hommage à l’homme qui fut en son temps considéré comme l’un des chefs de file de la peinture française de la dernière partie du XIXe siècle. Célèbre à l’époque, Édouard Detaille, au sujet duquel Albert Soubies déclarait en 1915 qu’il fut « l’un des artistes contemporains sur lesquels on a le plus écrit », a depuis mystérieusement disparu de la mémoire nationale. Une injustice tellement ce grand peintre français a perpétué avec génie le genre militaire en peinture. Cet ouvrage permet en effet de se rendre compte du coup de pinceau saisissant et réaliste propre à Detaille. Compilés au fil des pages, ses plus grands tableaux révèlent la maîtrise dont fit preuve ce brillant élève de Meissonier pour retranscrire sur toile le soldat au cœur des combats, ou tout simplement absorbé par les tâches de la vie militaire. S’il a consacré un grand nombre de ses premières œuvres les plus importantes à la guerre de 1870, c’est parce que Detaille combattit sous l’uniforme tricolore durant ce conflit. Appartenant au cercle restreint des peintres officiels de la IIIe République, il n’en demeura pas moins toute sa vie fervent bonapartiste, d’où son goût pour l’Empire et ses cavaliers chamarrés. Je retiens entre toutes les magnifiques figures de cavalerie qu’il nous offre avec « En batterie », artillerie de la Garde, régiment monté (Salon de 1890), « Vive l’Empereur ! » : charge du 4ème Hussards à Friedland (1891), ainsi que Le général Lasalle tué à Wagram (Salon de 1912). Tout simplement splendides ! Illustrant durant des décennies les manuels d’histoire, son Rêve de 1888 révèle une autre facette de son art en livrant aux yeux du spectateur abasourdi un émouvant parallèle entre des soldats endormis au bivouac et leurs songes allégoriques des gloires militaires passées. « L’aube point, tandis que défilent dans les cieux les soldats de Valmy et d’Iéna, les Africains de Bugeaud, les régiments de Magenta et Solferino » (p. 80-81). Un souffle épique que l’on retrouvera plus tard dans La chevauchée vers la gloire, superbe peinture murale d’une abside du Panthéon, à Paris (1905). Car Detaille n’est pas seulement peintre. Il est également, à l’instar de Jean-Charles Langlois, un grand panoramiste et décorateur.

 

Maître peintre, homme influent, grand bourgeois, loyal en amitié, tels sont les qualificatifs dont on peut parsemer à la va-vite le brillant parcours d’Édouard Detaille. Cependant, il ne faut avant tout pas perdre de vue que celui qui fut parfois contesté pour son esthétique réaliste ou ses opinions politiques militaristes entend nous lèguer à travers son œuvre l’amour de la nation et de l’héroïsme qui l’ont toujours profondément habité. C’est à l’aune de ce patriotisme esthétisant et nullement outrancier qu’il nous faut aujourd’hui appréhender la beauté des toiles de Detaille.

 


Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Arts et histoire
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 21:43

Bimensuel édité par Mondadori France

 

couvGH08.JPG

 

 

 

L’article le plus intéressant de ce huitième numéro de Guerres & Histoire est sans nul doute celui que Roger Crowley consacre à l’Arsenal de Venise (p. 76-81). Fondé en bordure de la Lagune de Venise en 1104 par le doge Ordelafo, celui-ci subit en 1303, 1473, 1564 et 1810 quatre phases d’agrandissement qui en feront un gigantesque complexe industriel, peut-être « la première usine du monde » pour reprendre le titre de l’article. Sur un modèle qui n’a rien à envier à l’organisation du travail fordiste, les successeurs d’Ordelafo réussiront à établir une chaîne continue de production de galères, en s’appuyant la standardisation des matériaux, la spécialisation des tâches de travail, des chaînes d’assemblage efficientes et un stockage des ressources référencé avec précision. Ainsi l’arsenal devient pendant plusieurs siècles une véritable usine forteresse dédiée à la production de navires de guerre, et par extension le principal complexe national de construction et de logistique militaires de la Sérénissime. Au cœur du Moyen Âge ce sont 16.000 hommes qui y travaillent, dont 2000 ouvriers hautement qualifiés, les arsenalotti. Comme l’indique Roger Crowley, « grâce à son arsenal, Venise dispose en permanence, du XIVe au XVe siècle, d’une flotte de galères de 10 unités en temps de paix, de 25 à 30 en temps de guerre ». De quoi s’opposer aux velléités turques, qui se font de plus en plus pressantes à partir du XVe siècle. Si victoire de Lépante (1571) il y eut, c’est notamment parce que la République de Venise pu fournir une centaine de galère et quelques galéasses à la flotte hispano-italienne commandée par don Juan d’Autriche.

 

Par ailleurs, Yacha Maclasha revient lors d’une interview de Lennart Samuelson sur l’ouvrage récemment publié par celui-ci et intitulé Tankograd, The Formation of a Soviet Company Town : Cheliabinsk 1900s-1950s (Palgrave Macmillan, 2011). Le professeur au Stockholm Institute of Transition Economics y présente le fonctionnement de « Tankograd », vaste tripole soviétique regroupant Tcheliabinsk, Sverdlovk et Nijni Taguil, qui constitua  le plus grand site de production de chars non seulement de l’URSS mais aussi du monde. Plusieurs siècles après l’arsenal de Venise, « à elles seuls, les trois villes ont construit 18.000 chars lourds ou canons autopropulsés pendant la Seconde guerre mondiale sur un total de 97.700 ». Ou quand la concentration industrielle transcende l’effort de guerre…

 

 


 

Par Matthieu ROGER

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 14:58

Éditions du Masque, 2012

cover-rubans-noirs.jpg

 

 

 

L’homme aux rubans noirs. Tel est le titre énigmatique de ce recueil de cinq nouvelles historico-policières publié par Jean d’Aillon, ancien universitaire en histoire économique et ancien membre de l’administration des Finances, qui depuis 2007 se consacre exclusivement à l’écriture. « L’homme aux rubans noirs » évoqué en titre n’est autre que Louis de Fronsac, fils de notaire, anobli pour services rendus du titre de marquis de Vivonne par le cardinal Mazarin. Car Louis de Fronsac est en fait un enquêteur hors pair, réputé pour démêler les affaires les plus inextricables. Le lecteur va pouvoir le suivre au cours de cinq enquêtes mystérieuses se prenant place entre 1644 et 1647, sous la Régence d’Anne d’Autriche. Le marquis doit ainsi s’attaquer à des énigmes ardues : vol inexpliqué d’un pli recelant un secret d’État, trafic de faux monnayage, disparition inexpliqué d’un nourrisson de la haute noblesse, complots d’une obscure société secrète... Il lui faudra employer tout à tour intuition, audace et surtout diplomatie pour découvrir le fin mot de chaque affaire. L’occasion pour notre protagoniste de croiser des personnages célèbres, tels Mazarin, Gondi, Le Tellier, Molière ou encore Cyrano de Bergerac. Le décor de ses pérégrinations policières est le Paris du XVIIe siècle, ses lieux emblématiques (Le Châtelet, le Pont-Neuf, la Monnaie, la Cour des miracles etc.) et sa population extrêmement hétéroclite, où coexistent coupe-bourses, malandrins, laquais, artisans, prêtres, bourgeois, hommes d’État et membres de la petite et haute noblesse.

 

L’homme aux rubans noirs vaut plus pour sa description de la société française du milieu du XVIIe siècle que pour son suspense policier, assez bien mené mais somme toute plutôt linéaire. On sent que Jean d’Aillon prend plaisir à peindre le fonctionnement des hiérarchies sociales et des nombreuses charges de l’administration royale. Les trajectoires personnelles de Louis de Fronsac et de son ami Gaston de Tilly, commissaire au Châtelet, permettent de découvrir comment l’extension des prérogatives régaliennes transforma, il y a quatre siècles, le quotidien des Parisiens.

 

 


Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Fictions
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 19:08

Editions Velours, 2011

cover-vendee.jpg

 

 

 

Dès les premières pages, on comprend que l’auteur de ce recueil de poésies ne porte pas la Révolution française dans son cœur, ce que laissait d’ailleurs présumer le titre de l’ouvrage : À notre chère Vendée, à ses héros et martyrs. D’emblée, I. d’Hocquincourt se place dans la suite des historiens et universitaires partisans de la thèse du génocide vendéen. Ceux-ci, parmi lesquels on peut notamment citer Reynald Secher, Pierre Chaunu, Jean Tulard, Emmanuel Leroy Ladurie ou Stéphane Courtois, qui considèrent que la répression de l’insurrection vendéenne procède d’une volonté génocidaire des républicains. Il est en fait très malaisé de prouver par A plus B une telle thèse, puisque des pertes vendéennes il n’a à l’époque été fait aucun décompte précis. La majorité des historiens qui se sont penchées sur la question estiment de fait le nombre de vendéens tués dans les combats ou massacrés à environ 200.000. De plus, si un fanatique tel que Barère prôna bel et bien l’extermination de « cette race rebelle des Vendéens », des voix s’élevèrent contre les atrocités des colonnes infernales dans le camp même des républicains. Quoi qu’il en soit, au-delà des querelles terminologiques, on comprend au vu des exactions commises pourquoi les guerres de Vendée (1793-1796) restent un épisode peu célébré par la mémoire nationale. Les colonnes rouges de la toute jeune République se montrèrent en effet d'une cruauté sans pareille : femmes, enfants et nourrissions passés au fil de la bayonnette, prisonniers éventrés et éviscérés, personnes brûlées ou écorchées vives, viols, pillages, rien de fut épargné aux insurgés de la Vendée militaire.

 

La poésie de I. d’Hocquincourt souffre parfois de quelques redondances de vocabulaire ou de syntaxe, mais elle possède la force et le lyrisme des épopées martyrologues. Se pliant aux contraintes formelles de l’alexandrin, le style quelque peu marmoréen de l’auteur n’est pas sans rappeler l’atmosphère tragique que se plaisait à véhiculer le courant parnassien. Glorifiant l’héroïsme et le sacrifice des partisans vendéens, il n’a en contrepoint pas de mot assez dur pour qualifier l’infamie des troupes républicaines. Il est vrai que le général républicain Biron lui-même dépeignait ces dernières en termes peu élogieux : « un ramas de bandits et d’échappés de galères ». Voici à titre d’illustration quelques strophes des plus évocatrices, tirées du poème Ils sont morts les Vendéens (p. 73) :

 

« Les Vendéens sont morts dans la grande détresse

Les yeux absents tendus vers un autre horizon

Dans l’effroi du dernier spasme qui se redresse

Et cherche et voit, là-bas, se brûler sa maison

 

Les Vendéens sont morts parce qu’il faut qu’on meure

Pour germer quelques jours en épis immortels…

Les Vendéens sont morts pour leur pauvre demeure

Et pour les vieux clochers et pour les vieux autels…

 

(…)

 

Les Vendéens sont morts et leur bouche est remplie

 De la glaise sacrée où s’engluaient leurs pas.

Et leur chair à la chair des sillons bruns s’allie

En l’étreinte d’amour qu’on ne brisera pas. »

 

 

À ceux qui voudraient se pencher un peu plus profondément sur le déroulement des guerres de Vendée, je conseille très synthétique et très factuel ouvrage publié en 2008 par Jean-Clément Martin dans la collection « Découvertes Gallimard » : Blancs et Bleus dans la Vendée déchirée.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Poésie
commenter cet article
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 18:13

Éditions Economica,  2012

cover-guy-hubin.jpg

 

 

 

Avec La guerre – Une vision française, le Général Guy Hubin nous offre un nouvel exercice de réflexion, des plus salutaires, sur l’art de la guerre occidental. En une douzaine de chapitre, l’auteur, qui a effectué l’essentiel de sa carrière au sein des troupes aéroportées françaises, traverse l’histoire multiséculaire de la stratégie militaire dans un but clairement prospectif. Sans se défaire de certains partis pris clairement assumés, dont l’importance décisive de la culture militaire gréco-latine et la conviction de la qualité de l’œuvre militaire française, Guy Hubin retrace de quelle manière, au fil des siècles, la bataille s’est finalement « désintégrée en différentes parties qui ne prennent sens dans l’opération toute entière ». Si aujourd’hui le concept de bataille décisive n’est plus d’actualité, il n’en reste pas moins qu’il conditionna une grande part de l’évolution de la tactique militaire occidentale. J’ai particulièrement apprécié l’étude faite par l’auteur des guerres napoléoniennes et de la guerre de Sécession, qui incarnent respectivement la concrétisation et la mise en échec de ce concept. Par ailleurs, il rejoint Gérard Chaliand sur la prééminence de l’art de la guerre nomade durant le Moyen Âge, lorsque les hordes asiatiques, extrêmement mobiles, proposèrent une alternative extrêmement efficace au choc des corps et de l’acier promu jusqu’alors en occident. Conservant en filigrane l’histoire militaire de notre pays, Guy Hubin rappelle que les armes françaises peuvent légitimement se prévaloir de nombreux apports à la stratégie militaire occidentale : « la première armée permanente, le premier système d’artillerie opérationnel, la première administration militaire moderne, le principe du corps d’armée, les bases de l’art opératif, une compétence majeure dans l’affrontement avec l’asymétrique » (p. 255).

 

Mais cette contribution tricolore à l’Histoire avec un grand H ne peut évacuer la question de la capacité militaire française au XXIe siècle. À l’issue d’un exposé aussi pertinent que concis, l’auteur affirme la prééminence actuelle du concept d’économie des forces. Non pas dans une optique de sauvegarde frileuse d’un quelconque avantage technologique ou opérationnel, mais dans celle d’une utilisation optimale et proactive des moyens humains et matériels dont la France dispose en ce jour. Pour ce faire, alors le modèle asymétrique de la guerre convoque le double enjeu de contrôle des zones géographiques conflictuelles et des capacités de persuasion et de conviction (médias et guerre psychologique), un effort particulier doit être entrepris en ce qui concerne notre capacité à collecter et analyser tout renseignement sur l’ennemi potentiel ou déclaré, ainsi que sur son environnement. C’est la mise en actes de ces pré-requis, couplée à un nouveau volontarisme politique en faveur de la défense nationale, qui permettra d’aborder l’avenir avec optimisme.

 

La guerre – Une vision françaiseest indiscutablement à posséder dans toute bonne bibliothèque stratégique qui se respecte. Pour les lecteurs les plus curieux d’approfondir le sujet, soulignons la présence d’une bibliographie indicative en fin d’ouvrage suggérant, entre autres, certains livres déjà chroniqués sur ce blog, dont le passionnant Malplaquet d’André Corvisier ainsi que L’anthologie mondiale de la stratégie publiée par Gérard Chaliand.

 

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Stratégie militaire
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 15:16

Bimensuel édité par Mondadori France

 

cover-Guerres-Histoire-7.jpg

 

 

Pour ce septième numéro de juin-juillet, Guerres & Histoire propose un grand dossier décortiquant le mythe de la supériorité militaire germanique. Trente pages au cours desquelles Jean Lopez, Thierry Widemann, Benoist Bihan et Nicolas Aubin relativisent le prestige recueilli par l’armée allemande au cours des derniers siècles. Les critiques les plus pertinentes portent sur l’obsession de l’état-major prussien puis allemand d’une recherche de la bataille décisive. Une obsession qui peut se comprendre, puisque de par sa situation géographique centrale sur le continent européen, qui induit une potentielle multiplicité des fronts, l’Allemagne sait qu’elle ne pourra mener efficacement que des guerres relativement courtes. Ce que montrent les différents articles de ce dossier, c’est que le commandement allemand a commis ses plus lourdes erreurs sur le plan stratégiques. Avant de constituer des échecs sanglants sur les champs de batailles, les deux guerres mondiales perdues par l’Allemagne furent avant tout des fiascos diplomatiques conduisant le pays dans une impasse stratégique inéluctable. Ce culte de l’offensive trouve ses sources dans l’hagiographie souvent courtisane du roi-soldat Frédéric II, dont les défaites ont étrangement été évacuées de la mémoire nationale (défaites cuisantes de Gross Jägersdorf et Kolin en 1757, de Kunersdorf en 1759). Et Nicolas Aubin de citer en préambule de son article « Quand les vaincus écrivent l’Histoire » cette citation que l’on doit au romancier américain Tom Clancy : « Pourquoi les gens font-ils une fixette sur des militaires allemands qui n’ont pas gagné une guerre depuis 1871 ? ». Si Nicolas Aubin montre bien que les vaincus et leurs sympathisants (par exemple Jean Mabire ou Marc Augier) ont su réécrire l’histoire pour la plus grande gloire des armes allemandes, regrettons qu’il réduise la figure de Basil Liddell Hart à un vulgaire manipulateur de l’histoire. Ce n’est pas là rendre justice à ce que ce grand théoricien militaire britannique a apporté à la pensée stratégique militaire.

 

À lire également, entre autres, les passionnants articles de Pascal Brioist et de Laurent Quisefit, qui abordent respectivement la bataille de Ravennes remportée par les Français sur les Espagnols en 1512, et l’invincibilité légendaire du cavalier mongol. Si à Ravennes la victoire est obtenue par la combinaison interarmes de l’artillerie, de l’infanterie et de la cavalerie, inédite pour l’époque, les conquêtes mongoles trouvent leur explication première dans l’alliance extraordinairement efficace de l’étrier haut, de l’arc composite et de la discipline militaire.

 

 

 

Par Matthieu ROGER

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 15:45

In Mérimée – Théâtre de Clara Gazul – Romans et nouvelles, Bibliothèque de La Pléiade, Éditions Gallimard, 1978

 

cover-merimee.jpg

 

 

Écrit en 1828, 1572, Chronique du règne de Charles IX est publié à l’âge d’or du roman historique. Mettant en scène les deux frères de Mergy, Bernard étant protestant et George ayant rejoint la religion catholique, le récit s’inscrit dans le contexte des guerres et de religions et se veut une photographie des mœurs de la noblesse à cette époque. Il y a un peu de d’Artagnan dans le personnage de Bernard de Mergy, jeune cadet de province monté à Paris pour y rencontrer l’amiral Coligny, le chef du camp protestant. Mais c’est George qui constitue sans aucun doute la figure la plus marquante du récit, incarnant à la fois l’amour fraternel et la tentation de l’athéisme. Comme l’indique avec justesse la notice du roman, les huit premiers chapitres permettent de se familiariser aussi bien avec les mœurs de l’époque, les villes et les villages livrés au pillage, le Paris de Charles IX, la cour et les courtisans, qu’avec les règles qui régissent le duel ou bien encore les débats religieux qui agitent alors le royaume de France. Ensuite l’intrigue s’accélère, entremêlant l’habituelle trame amoureuse à l’explosion paroxysmique de la Saint-Barthélemy. Au sujet de cette nuit tragique de l’histoire de France, qui vit des milliers de huguenots massacrés par les catholiques, Prosper Mérimée indique dans sa préface qu’il n’adhère pas à la version d’une conjuration du roi contre une partie de son peuple. Selon lui, le massacre de la Saint-Barthélémy était plutôt « l’effet d’une insurrection populaire qui ne pouvait être prévue, et qui fut improvisée ». Un avis qui tranche étrangement avec l’impression laissée par cette Chronique du règne de Charles IX, où sourde la menace permanente de la haine fanatique et du complot catholique. Offrant au lecteur une chute des plus ouvertes, l’auteur termine son récit au cœur du siège de La Rochelle, affrontement emblématique de la séparation de la nation en deux camps ennemis.


Ce roman historique propose au final un canevas narratif classique mais efficace, surtout en ce qui concerne la mise en lumière originale des grands acteurs de cette année 1572, à savoir Charles IX, Coligny et La Noue.

 

 


Par Matthieu Roger


Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Fictions
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 20:43

Éditions Grasset & Fasquelle,  2009

 

cover-les-grandes-vies.jpg

 

 

 

Les Grandes Vies regroupent quatre biographies écrites par Stefan Sweig sur Fouché, Marie-Antoinette, Marie Stuart et Magellan. Et franchement, ces grandes vies méritent le détour. Grâce à sa prose remarquable, Stefan Sweig nous narre la vie de ces grandes figures historiques de manière extrêmement captivante, nous emmenant souvent plus du côté du roman d’aventures que de la biographie historique classique ou académique. Ce qui fait la particularité de Stefan Sweig, né en 1881 et décédé en 1942, c’est son approche très psychologisante des personnages qu’il décrit. Non seulement il analyse leurs actions, mais il n’a de cesse de les relier à la trajectoire individuelle et aux causes psychologiques qui leur sont propres. Ainsi le lecteur a-t-il l’impression de lire dans l’esprit de Fouché ou de Marie Stuart, de se laisser porter avec eux par le courant des méandres politiques et diplomatiques. Là s’opère le génie du récit historique par Stefan Sweig : pas un seul instant on ne doute des éléments d’interprétations qu’il avance, d’autant plus qu’ils sont toujours étayés par de solides recherches et références historiques. Convoqués en tant que témoins privilégiés, l’auteur nous offre l’insigne honneur de cheminer à côté de ces grands acteurs de l’Histoire avec un grand H.

 

Je n’ai pas lu la biographie de Marie-Antoinette, ma critique porte donc ici uniquement sur Fouché, Marie Stuart et Magellan. Le fait est que j’aurais dû mal à dire laquelle de ces trois biographies m’a le plus marqué. Là où Fouché interloque par sa capacité à survivre à une époque remplie de bouleversements – il réussit tout de même le tour de passe-passe incroyable de servir successivement la Révolution, le Directoire, le Consulat, l’Empire et enfin la Royauté –, le destin shakespearien de Marie Stuart et le tour du monde inimaginable de Magellan sont tout aussi passionnants à vivre. L’auteur est autant à l’aise dans la peinture des multiples facettes d’une personnalité que dans celle des grands enjeux historiques sous-jacents. Dans l’ombre de Fouché, de Marie Stuart ou de Magellan, se dressent la stature tragique de Bothwell, l’ambition de gloire insatiable de Napoléon, ou encore l’infinitude des océans. À titre d’illustrations, voici trois extraits qui valent pour preuve de « la prose enchanteresse » de Stefan Sweig.

 

« L’expédition d’Alexandre, de la Grèce à l’Inde (qui est encore aujourd’hui fabuleuse, lorsqu’on la suit du doigt sur la carte), la conquête de Cortez, la marche de Charles XII de Stockholm à Pultava, la caravane de six cent mille hommes que napoléon traîne d’Espagne jusqu’à Moscou, ces prouesses à la fois du courage et de la présomption sont dans l’histoire ce que représentent les combats de Prométhée et des Titans contre les dieux dans la mythologie : de l’héroïsme et de l’ « hubris », mais, dans tous les cas, le maximum, déjà sacrilège, de tout ce qu’il est possible d’atteindre humainement. » (Fouché, p. 143)

 

« Ce Bothwell semble taillé dans un bloc de marbre noir. D’une énergie insolente, le regard hardiment fixé par-delà les temps, il rappelle le condottiere italien Coléoni. C’est un homme dur, brutal, d’une virilité exceptionnelle. Il porte le nom d’une très vieille famille écossaise, les Hepburn, mais on croirait plutôt que le sang des Vikings coule dans ses veines. Malgré sa culture (il parle admirablement le français et aime les livres qu’il collectionne), il a gardé l’humeur d’un rebelle-né à l’ordre bourgeois, l’amour effréné de l’aventure de ces « hors-la-loi », de ces corsaires romantiques célébrés par Byron. Grand, large d’épaules, d’une force herculéenne – il manie le lourd glaive à deux tranchants avec la même facilité qu’une épée et dirige seul un navire à travers la tempête – il tire de son courage physique une audace morale, ou plutôt immorale, incroyable. » (Marie Stuart, p. 840)

 

« Jamais la géographie, la cosmographie n’ont connu, jamais elles ne connaîtront plus un progrès aussi accéléré, aussi enivrant, aussi triomphal que pendant cette période de cinquante années au cours de laquelle ont été déterminées la forme et la configuration définitives de la terre, où l’humanité découvre la planète sur laquelle elle s’agite depuis des temps incalculables. Cette tâche formidable est l’œuvre d’une seule génération ; ses marins ont surmonté tous les dangers pour frayer la route à leurs successeurs ; ses conquistadores ont conquis des continents et des mers, ses héros ont résolu tous les problèmes ou presque. Un seul exploit reste encore à réaliser, le dernier, le plus beau, le plus difficile : faire sur un seul et même navire le tour du globe, prouver envers et contre tous les cosmographes et les théologiens du passé la sphéricité de la terre. Accomplir cette mission sera le but et la destinée de Fernão de Magelhães. » (Magellan, p. 1072)

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 21:46

Éditions Verdier,  2012

cover-l-inquietude.jpg

 

 

 

J’avais repéré Camille de Toledo suite à sa récente publication d’un article dans Le Monde où il décochait un manifeste pour une nouvelle Europe poétique. Souhait pour le moins inhabituel – et salutaire – à l’heure où l’on débat sans cesse des modalités de sauvegarde d’une Europe économique tout en évacuant l’impératif d’une Europe politique et d’une Europe culturelle refondées, ou devrais-je plutôt dire à fonder. Dans L’inquiétude d’être au monde, Camille de Toledo se penche sur l’état philosophique politique de l’Europe, qu’il juge très réactionnaire. Il en veut pour preuve la récente tuerie perpétré par le Norvégien Anders Bhering Breivik sur l’île d’Utoya le 22 juillet 2011 (soixante-neuf campeurs chassés et tués de sang-froid), drame que l’on retrouve en filigrane tout au long de la soixantaine de pages de ce livre. En réponse à cet état philosophique européen très dégradé, l’auteur milite pour une meilleure compréhension de l’entre-deux, c’est-à-dire des interstices culturels qui se nichent entre les langues, entre les peuples. L’inquiétude d’être au monde se lit alors comme un chant lyrique en faveur d’une nouvelle poésie politique, en faveur d’une nouvelle « poéthique » pour reprendre un de ses néologismes introduisant la notion d’éthique. En fait, c’est surtout la réalité du carrefour atteint aujourd’hui par la jeunesse européenne qui l’intéresse. Un carrefour souvent synonyme de croisements et d’exils. En réponse à la langue politique des consolations hypocrites et des fausses promesses, l’auteur entend poser par écrit une vision pessimiste mais non désenchantée de notre Europe.

 

J’aime beaucoup le style d’écriture de Camille de Toledo, rempli à la fois d’assurance et de sensibilité. Si on peut parfois regretter son trop grand pessimisme, qui entremêle la complainte au chant poétique, sa recherche d’un nouveau dialogue européen, sa tentative de déconstruction des paradigmes actuels ne manquent pas d’audace. Dommage que cela le conduise quelquefois à lancer certaines énormités ou raccourcis réducteurs, comme lorsqu’il proclame : « Que ceux qui voulaient inscrire la chrétienté dans sa Constitution se dénoncent, car ils sont, eux aussi, les assassins des gamins d’Utoya. » (p. 49)

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Culture(s)
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 18:55

Éditions Flammarion,  1991

cover war game

 

       

Le chercheur français Dominique Wolton s’est affirmé depuis plusieurs décennies comme l’un des meilleurs spécialistes des sciences de la communication et des médias. Aujourd’hui directeur de la revue internationale Hermès, il a publié tout au long de sa carrière plus d’une vingtaine d’ouvrages interrogeant, entres autres, l’espace public et la communication politique, l’information et le journalisme, la diversité culturelle et la mondialisation. Avec War Game, publié en 1991, il revient sur le cas de la seconde deuxième guerre du Golfe pour en tirer les enseignements quant à l’apparition d’un nouveau mode d’information initié par la chaîne américaine CNN : la médiatisation en continue grâce au direct. Rappelons que ce conflit débuta par l’invasion du Koweï par l'Irak en 1990, invasion à laquelle les Etats-Unis et leurs alliés internationaux répliquèrent en lançant les opérations « Bouclier du désert » (protection de l'Arabie Saoudite) et « Tempête du désert » (libération du Koweït en 1991 grâce à une offensive aéroterrestre). Dominique Wolton ne se trompe pas lorsqu’il déclare que cette guerre a marqué l’histoire guerrière de l’humanité. « D’abord, elle est la rencontre, pour la première fois dans l’Histoire, d’une capacité d’information par l’image 24 heures sur 24 avec une guerre largement annoncée. Ensuite, cette guerre s’est faite sur fond de contentieux lourd, et parfois implicite, entre les journalistes, les hommes politiques et les militaires, et dont la cause directe est le Viêt-nam. Enfin, il s’agit d’une guerre faite au nom du droit, par une coalition de vingt-neuf nations agissant sur mandat de l’ONU, l’omniprésence des médias symbolisant en quelque sorte cette dimension démocratique. » (p. 17)

 

Sous-titré L’information et la guerre, War Game décrypte avec minutie le jeu de la diffusion internationale des informations en temps de guerre. Tributaires de la censure, des rumeurs et de la désinformation qui influent alors sur les flux communicationnels irriguant la planète, les journalistes tentèrent pour la première fois d’offrir à leurs lecteurs / auditeurs / spectateurs la fascinante vision d’un flux ininterrompu d’informations. Cette hypermédiatisation de l’événement s’avère plutôt ambivalente, dans la mesure où elle n’a pas permis à l’époque une meilleure connaissance des enjeux historiques, culturels, politiques et religieux des pays concernés. D’où ce constat émis par l’auteur : « c’est la logique de l’événement qui l’emporte sur la logique de la connaissance, la logique de l’information sur la logique de la communication » (p. 77). Tout en établissant la distinction entre les notions d’information et de communication, Dominique Wolton dénie aux médias le statut de véritable « quatrième pouvoir ». Pour ce faire, il s’appuie cinq constats :


-  la guerre du Golfe a moins consacré la victoire de l'information que celle de l'impérialisme de l'instant


 -  la presse n’a ni la légitimité ni le pouvoir de s’affirmer en tant que quatrième pouvoir


-  les médias ne sont malheureusement jamais prompts à accepter les critiques


-  les médias sont volatiles


- le public est plus averti et critique envers les médias qu’on ne pourrait le penser de prime abord.

 

War Game est un livre où l’auteur réussit à empiler les concepts et notions des sciences communicationnelles sans pour autant rendre son propos inintelligible. Son analyse des circuits internationaux de l’information en temps de guerre dénote une profonde acuité des paradoxes qui peuplent nos démocraties occidentales. Au vu de l’avènement d’Internet et de la multiplication des supports de communication actuels, les thèses de Dominique Wolton conservent aujourd'hui plus que jamais toute leur pertinence.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Relations internationales
commenter cet article

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite