Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 16:50

Édité par Le Figaro et Beaux Arts magazine, 2010


cover-tintin.jpg

 

 

Cet album, adapté du numéro Le Figaro Beaux-Arts Hors-Série « Tintin à la découverte des grandes civilisations », ravira bien sûr tous les tintinophiles mais également ceux qui aiment les voyages et l’histoire des civilisations ancestrales. Grâce aux illustrations extraites des différents albums de Tintin, ce livre nous replonge dans les aventures du petit reporter qui ont bercé notre enfance. C’est avec une petite pointe de nostalgie qu’on recroise Tchang, le capitaine Haddock, Tryphon Tournesol, les Dupont et Dupond, bref, toute une galerie de personnages plus pittoresques les uns que les autres. Plusieurs focus reviennent en outre sur les techniques narratives et de dessin d’Hergé, son art du champ et contrechamp, son utilisation du point de fuite, l’utilisation des cases noires, son sens du portrait, ses goûts picturaux, etc.

 

Non seulement dessinateur de génie, Hergé a fait parcourir à Tintin le monde entier, de Chicago (Tintin en Amérique) au neiges himalayennes de Tintin au Tibet, en passant par la Chine (Le lotus bleu) ou bien encore la corne arabique dans Coke en stock. Le dessinateur belge s’appuyait pour chaque album sur un travail de recherches aussi éclectique que colossal. En dessinant la géographie de la planète, les aventures de Tintin retranscrivent la culture de multiples civilisations : l’art des masques africains, la ville troglodytique de Petra, les temples tibétains, l’art des Song, les tombes de l’Égypte ancienne, les constructions incas, etc. Hergé trouve ainsi l’inspiration dans la documentation qu’il amasse sans discontinuer. On reconnaît dans les traits de Muskar XII du Sceptre d’Ottokar ceux du malheureux roi espagnol Alphonse XIII, Moulinsart est en fait château de Cheverny, certains gags sont un hommage rendu à l’humour de Buster Keaton, un canapé Knoll est dessiné dans Vol 714 pour Sydney, l’imposante pyramide « paztèque » visible dans Tintin et les Picaros est une copie de la pyramide maya de Kukulkan, etc. Se plonger dans les 24 albums des aventures de Tintin revient en quelque sorte à effectuer en accéléré un tour complet du monde, là où les images jettent des couleurs, racontent l’histoire et nous font tout simplement rêver.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Culture(s)
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite