Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 10:07

Éditions Economica, 2014 (2e édition)

 

cover-tactique-generale-copie-2.jpg

Tactique générale est la version abrégée du manuel de doctrine tactique de l’armée de Terre française. Il n’est point question ici d’exposer des études de cas ou autres exercices tactiques appliqués, mais bel et bien de récapituler le vocable usité aujourd’hui au sein de l’état-major et des rangs de l’armée française, et de le structurer en une pensée doctrinale claire et concise. De fait, ce petit manuel théorique permet de mieux mettre en perspective les projections récentes de l’armée française sur des théâtres extérieurs tels que l’Afghanistan, le Tchad, la Lybie, le Mali, etc. Alors qu’aujourd’hui les forces armées étatiques des grandes puissances s’engagent de manière quasi systématique dans des conflits asymétriques l’exemple le plus récent étant le déclenchement annoncé par François Hollande de frappes en Irak contre le Daesh , la variété des tempos de déploiements ne peut faire l’économie d’un cadre tactique à la fois adaptable et fonctionnel. Le Général de corps d’armée Bertrand Clément-Bollée ne s’y trompe pas, lorsqu’il rappelle dans sa préface que les théâtres d’opérations actuels de l’armée française, malgré des contextes politiques, physiques et géostratégiques différents, présentent à l’échelle tactique des similitudes fortes : « impératif de protection de la force, numérisation, intégration interarmes et interarmées aux plus bas niveaux d’exécution, dureté des combats ». D’où une volonté affirmée, en profitant de la supériorité logistique et technique qu’offre notre puissance militaire nationale, de revendiquer l’offensive comme moyen privilégié de rupture du réseau tactique ennemi : « Au combat, le succès est obtenu par l’action offensive. Même dans la défensive, toute occasion doit être saisie pour prendre l’initiative et passer à l’offensive » (p. 96-97). En effet, tous les moyens doivent être mis en œuvre pour prendre l’ascendant et la maîtrise de la situation, en imposant son rythme et ses initiatives à l’adversaire. Ce postulat est un corolaire de « l’accélération générale du cycle information, conception, décision, action ».

 

On notera la présence bienvenue de focus historiques illustrant tel ou tel point théorique, comme par exemple la bataille de Malplaquet (1709), la manœuvre israélienne d’Abou Agheila (juin 1967) ou la neutralisation allemande de l’Opération Goodwood (juillet 1944). On les aurait aimés un peu plus nombreux. Dans la même collection Stratégies & Doctrines, vous pouvez également vous référer à L’utilité de la force L’art de la guerre aujourd’hui, du général Rupert Smith, déjà chroniqué sur ce site.

 

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Stratégie militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite