Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 12:57

Éditions Raisons d’agir, 1996

sur-la-television.jpg

 

 

Sur la télévision est un court ouvrage qui regroupe la version écrite de deux cours télévisés de Pierre Bourdieu. La première partie du livre, intitulée Le plateau et ses coulisses, démonte les mécanismes de la censure invisible s’exerçant à travers le petit écran et livre quelques-uns des secrets de fabrication de ces artefacts que constituent les images et les discours télévisuels. Ensuite, dans La structure invisible et ses effets, l’auteur explique comment la télévision, qui domine le monde du journalisme, a profondément altéré le fonctionnement d’univers aussi différents que ceux de l’art, de la littérature, de la philosophie ou de la politique, et même de la justice ou de la science. Tout en mettant en lumière la logique de l’audimat, c'est-à-dire de la soumission démagogique aux exigences du plébiscite commercial. Ainsi s’ouvre une réflexion profondément lucide sur la télévision en tant que pouvoir symbolique à l’échelle d’un pays, la France, mais aussi du monde.


Pierre Bourdieu dénonce, à juste titre, le fait que la télévision creuse la division entre ceux qui lisent les quotidiens dits « sérieux » et ceux qui n’ont pour seul bagage politique que l’information fournie par la télévision. Selon lui, il faudrait bénéficier à la fois d’une formation PAR les médias et d’une formation AUX médias. Double projet pour un seul objectif moral : l'humanisme. Pierre Bourdieu incrimine de fait la perversité des médias via leur structure, mais n’oublions pas que leur structure est aussi la résultante des agissements individuels. En ce sens, la structure donne peut-être simplement du poids à l’appât du gain et du pouvoir aux humains qui l’animent.

 

Sur la forme, on pourrait s’étonner du ton de cet ouvrage. En effet, si l’auteur entend critiquer la télévision, il va en fait plus loin. Il accuse notamment les journalistes des pires maux et stigmatise ceux qui collaborent avec ces représentants de la « dictature de l’audimat ». Si Bourdieu se montre aussi virulent, c’est qu’il craint une domination des sciences, en particulier des sciences sociales, par la logique médiatique. Il avoue lui-même craindre de voir, un jour, les non sociologues parler au nom des sociologues. Selon lui, la science doit rester pure et enfermée dans sa tour d’ivoire. Sur la télévision véhicule donc une vision quelque peu idéalisée et hautaine du sociologue.

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Culture(s)
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite