Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 17:45

Éditions Mille et une nuits, 2006

 

cover-clausewitz.jpg

 

 

Avec De la guerre (première publication en 1832), Carl von Clausewitz est sans aucun doute l’un des théoriciens qui a le plus influencé la stratégie militaire moderne. Le petit manuel intitulé Principes fondamentaux de stratégie militaire, rédigé en 1812, était en fait destiné à la formation militaire du Prince de Prusse, dans lequel le théoricien prussien expose de manière concise et très générale ses idées-forces pour vaincre l’ennemi.

Ce qui transparaît avec netteté dans cet ouvrage, c’est la rupture tactique avec la période pré-napoléonienne. Au niveau de la mise en ordre de bataille des régiments par exemple, von Clausewitz abandonne le modèle en ligne, jugé trop étendu et pas assez résistant, pour des formations en colonne ou en profondeur, qui permettent une meilleure utilisation des réserves et plus de possibilités en termes d’adaptabilité tactique. D’un point de vue bien plus général, il insiste également sur l’importance de la ferveur des soldats, sans laquelle aucune opération militaire ambitieuse ne pourrait réussir. Bref, on distingue bien qu’il y a pour Clausewitz un avant et un après Napoléon, cet homme qui domine encore en 1812 l’Europe et incarne à ses yeux le génie militaire. Bon nombres des exemples dont il se sert pour illustrer ses propos sont d’ailleurs tirés des campagnes napoléoniennes. C’est que, contrairement à certains autres théoriciens prussiens (tel Heinrich von Bülow qui a mis au point une doctrine géométrique et quasi mathématique des batailles), l’auteur pense qu’on ne peut analyser la guerre qu’à l’aune des exemples historiques antérieurs. Chez lui on retrouve une certaine prédominance de la notion de rupture tactique. Ces points d’achoppement de la l’ordre de bataille doivent être considérés comme l’espace-temps-clé de la bataille, celui qui permettra de percer la ligne ennemie ou d’engager une manœuvre tournante décisive.

Adoptant une démarche parfois comparable à celle du grand Sun Tse, Clausewitz essaye constamment d’échapper à tout dogmatisme intellectuel. Il insiste notamment sur l’importance d’admettre la guerre comme un combat à grande échelle, soumis aux lois du hasard et à une grande quantité de facteurs exogènes. D’où cette notion très intéressante de « friction », qu’il fait correspondre aux facteurs et conditions imprévisibles qui viendront presque systématiquement corser une bataille jugée a priori facile. La révolution tactique napoléonienne, en généralisant la partition de l’armée en différents corps d’armée autonomes, tente de résoudre ces points de friction au moyen d’une plus grande adaptabilité aux circonstances topographiques et stratégiques de conflit armé.

Les Principes fondamentaux de stratégie militaire constituent l’ouvrage par excellence d’introduction à la pensée de Carl von Clausewitz. De la guerre n’en reste pas moins son ouvrage de référence, dont nous ne saurions trop vous recommander la lecture.

 

 

Par Matthieu Roger

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Stratégie militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite