Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 12:06

Éditions Vuibert, 2012

cover-secrest-de-la-grande-guerre.jpg

 

 

 

Avec Les secrets de la Grande Guerre, l’objectif avoué de Rémy Porte est d’approcher la complexité de la Première Guerre mondiale à partir de situations humaines, vécues, concrètes. Pour ce faire, il effectue une quinzaine de focus sur différents faits de guerre, abordant ainsi par exemple l’épisode des taxis de la Marne, les combats à Gallipoli, la guerre sous-marine, l’entrée en guerre de l’armée américaine, etc. Présentés de manière chronologique, ces quinze coups de projecteur sur tel ou tel épisode du conflit s’attachent à restituer les schémas mentaux de l’époque et les contingences d’action des ennemis en présence. Le danger souvent inhérent à ce type de démarche est de verser dans l’anecdotique, piège dans lequel l’auteur évite heureusement de tomber. S’il étudie l’incroyable odyssée de la division belge d’autos-mitrailleuses, de Belgique jusqu’aux Etats-Unis en passant par la Russie, c’est pour la replacer dans le contexte plus global des relations diplomatiques. S’il s’attarde sur la figure du général Nivelle, resté dans les mémoires pour ses offensives meurtrières d’avril 1917, c’est pour mieux reconsidérer à l’aune de cette trajectoire particulière les débats stratégiques au sein du haut commandement français ou allié. Délaissant donc l’anecdotique, Rémy Porte appréhende en fait les multiples facettes de ce premier conflit mondial : médiatiques (le choix provisoire de conserver les pantalons rouges des fantassins français), mémorielles (la célébration du caporal Peugeot et des morts tombés au champ d’honneur), tactiques et stratégiques (les batailles de la Somme ou de Caporetto), ou encore diplomatiques (le rôle des Etats-Unis). Sans exclure l’épisme de certains hauts faits, dont les plus remarquables sont incontestablement ceux du « Corps expéditionnaire belge des autos-canons-mitrailleuses en Russie » et du colonel von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale.

 

Bref, les différents récits de cet ouvrage rendent compte de manière précise mais jamais ennuyeuse l’interpénétration de destins particuliers et des grands enjeux de la guerre. Sans oublier d’infirmer certaines idées reçues. Une démarche en faveur de la véracité historique qu’on ne peut que saluer.

 

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite