Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 03:34

Éditions Payot & Rivages, 2005


cover-36-stratagemes.jpg

 

 

Les 36 Stratagèmes est un recueil d’axiomes et de proverbes stratégiques qui met en lumière les différentes manières d’appréhender la guerre, et par extension notre vie quotidienne. Probablement rédigé sous la dynastie des Ming, entre le XIVe et le XVIIe siècle, il fut redécouvert en Chine au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ces 36 stratagèmes reflètent sous forme diagrammatique le tableau des 64 hexagrammes matérialisant l’interaction yin / yang (six fois six axiomes). Ils se placent à un niveau ontologique de la compréhension de tout conflit armé, en postulant un jeu permanent de l’être et du non-être duquel le stratège doit extraire la quintessence opérationnelle. Nous n’avons donc pas trop des commentaires avisés de Jean Levi pour tenter de saisir la portée de cet ensemble de 36 expressions proverbiales, aussi brèves que chargées de sens. Structuré en six cahiers (Stratagèmes de la guerre victorieuse, de la guerre de résistance, de la guerre offensive, de la guerre confuse, de la guerre de conquête, de la guerre perdue), ce manuel secret de l’art guerre implique, à l’instar de L’Art de la guerre de Sun Tsu, de contextualiser toute situation pour adopter ensuite les décisions les plus adéquates y afférentes. Au moyen d’exemples concrets tirés de l’histoire militaire chinoise, mais aussi de la littérature asiatique et occidentale, Jean Levi déploie devant les yeux ébahis du lecteur un potentiel infini d’interprétations et de mises en abymes herméneutiques. J’avoue avoir été dérouté par le rapport incessant qu’entretiennent les 36 ruses de guerre avec leurs modèles hexagrammatiques. Relier un enseignement littéral à une forme philosophico-diagrammatique ne constitue pas une manière de précéder très usitée à notre époque, c’est le moins que l’on puisse dire. Il ne faut cependant pas oublier que les diagrammes explicatifs ont constitué la base de certains courants philosophiques occidentaux, dont le platonisme ou la pensée cosmographique d’Apian. On retrouve même cette démarche dans nombre de tableaux de la Renaissance, je pense ici notamment au Loth et ses filles peint par Lucas de Leyde et exposé au Louvre.

Quoi qu’il en soit, Les 36 Stratagèmes nous rappellent que c’est uniquement l’usage alterné de moyens réguliers et insolites qui permet de remporter la victoire finale. Ruses et tactiques régulières doivent être utilisées de manière alternée par le général, engendrant ainsi un état de latence stratégique susceptible de paralyser ou tout du moins d’handicaper l’ennemi. La pensée stratégique chinoise, fortement influencée par le confucianisme et le taoïsme, comprend la guerre comme un ensemble organique au sein duquel le yin et le yang s’activent mutuellement de manière incessante. Seul le stratège avisé est alors à même de comprendre que tout stratagème n’est qu’un chaînon dans une série de mouvements tactiques.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Stratégie militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite