Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 23:37

Mensuel édité par la SA Le Monde Diplomatique

 

cover-monde-diplo-705.jpg

 

       

Alors qu’aujourd’hui la presse française ne cesse de compiler les marronniers et cache sa misère à coups de soi-disantes enquêtes d’investigation, il faut savoir se raccrocher aux derniers représentants d’une presse de qualité, plus intéressée par le fond que par le buzz. Le Monde Diplomatique, qui publie en ce mois de décembre son 705e numéro, en est incontestablement l’illustre représentant. Bien décidé à « défendre un journalisme qui refuse à la fois les engouements béats et le commerce de la peur », pour reprendre l’expression utilisée par le directeur de la rédaction Serge Halimi dans son édito, Le Monde diplo s’érige par la plume comme un des derniers bastions de l’exigence journalistique, en procurant chaque mois à ses lecteurs une salutaire ouverture sur le monde. En témoigne le sommaire à la fois internationalement éclectique de ce numéro, qui nous transporte de New Dheli jusqu’à Johannesburg, en passant par les Etats-Unis, la Palestine, la Birmanie ou bien encore l’Arménie. Autant de pistes de réflexions pour comprendre notre monde et en saisir les tendances lourdes les plus saillantes. Le regard multidirectionnel du Monde Diplomatique participe en outre, tous les deux mois, à l’édition de Manière de voir, publication d’une centaine de pages mettant en perspective un sujet d’actualité en recourant aux meilleurs articles du Monde diplomatique. Notons que ce mois-ci Manière de voir aborde « L’armée dans tous ses états », dans le but d’interroger les nouvelles natures et natures de la guerre. On pourra ainsi retrouver, sous la coordination de Philippe Leymarie, les contributions éclairées et éclairantes d’Alain Gresh « Egypte, retour dans les casernes », Lucien Poirier « Zones d’ombre sur la dissuasion » ou encore Paul-Marie de La Gorce « L’esprit de guerre froide ».

 

Mais revenons à nos moutons, à savoir ce Monde diplo de l’Avent. Sans oublier les trois sacro-saintes et toujours stimulantes pages réservées aux livres du mois (p. 24-26), difficile de passer sous silence le passionnant article que Philippe Descamps consacre à la situation géopolitique du Haut-Karabakh « État de guerre permanent au Haut-Karabakh ». Coincé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui le revendiquent tous deux, ce territoire est depuis vingt ans le théâtre d’un statu quo armé entre les deux pays. Produits de l’escalade militaire et diplomatique déclenchée par les combats de 1992, des revendications territoriales inconciliables n’ont de cesse d’être émises par les deux camps, qui entendent bien défendre armes à la main ce corridor stratégique entre la Mer Noire et la Caspienne. Je voudrais également mettre en lumière, entre autres, l’article d’Anne-Marie Robert sur les partitions frontalières dessinant le continent africain. Après avoir posé d’emblée la question « Que reste-t-il des frontières africaines ? », elle montre et démontre, carte à l’appui, la fragilité historique des frontières de l’Afrique. Le conflit au Mali, qui pourrait bien sous peu provoquer le déclenchement d’une opération militaire menée par l’Union africaine, en est l’un des symptômes les plus actuels.

 


 

Par Matthieu ROGER


Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Relations internationales
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite