Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 03:17

Éditions Allia, 2008

cover-conduite-de-la-guerre.jpg

 

 

William Langewiesche revient sur le massacre d’Haditha, perpétré le 19 novembre 2005 par des Marines américains sur 24 civils irakiens (dont de nombreux vieillards, femmes et enfants) après que l’un des leurs ait été tué lors d’un attentat à la bombe. L’intérêt de ce petit ouvrage est d’éviter l’écueil du pamphlet antimilitaire ou bien, à l’inverse, celui d’une apologie de la guerre en Irak. William Langewiesche nous brosse le portrait le plus juste possible de ce conflit, en nous le présentant comme l’archétype de ce que le général britannique Sir Rupert Smith appelle « la guerre au sein des populations ». Il décrit en effet avec beaucoup d’à-propos la situation complexe dans laquelle se trouvent les Marines US, écartelés entre le sentiment de remplir leur devoir vis-à-vis de la patrie américaine et celui d’être engagé dans un conflit insoluble. Cette situation inextricable dans laquelle se trouvent les soldats, soumis à la haine de la population locale, souligne le paradoxe fondamental de l’engagement occidental en Irak, à savoir que « dans le but de sauver des soldats américains, on sacrifie de nombreuses vies d’Irakiens innocents ; ce faisant, grâce à l’armée de terre en particulier, d’innombrables combattants ennemis rejoignent l’insurrection, qui lancera à l’avenir des attaques plus fréquentes contre ces mêmes soldats » (sic p. 42). Ce n’est pas un hasard si Barack Obama appelle de tous ses vœux le retrait le plus rapide possible des troupes américaines d’Irak : la stratégie amorcée par Georges W. Busch après le 11 septembre 2001, celle d’une lutte outrancière contre le terrorisme international, n’a pas pris en compte le changement paradigmatique de la guerre observable dès la seconde moitié du XXe siècle. En découvrant au fil des pages le contexte de la réaction aussi sauvage que non préméditée des Marines américains, on parvient à saisir le fossé qui perdure entre la vision politique de l’emploi de la force militaire, qui quoi qu’on en dise fonctionne toujours sur le vieux mode du conflit interétatique, et l’intransigeante réalité du terrain, qui confronte les soldats à des missions maintien de l’ordre et de pacification pour lesquelles ils ne sont aucunement formées. S’ajoute à cela le fossé technologique entre une armée de métier suréquipée et une guérilla irakienne procédant à la bombe artisanale et à l’AK 47. En cela La conduite de la guerre résonne comme un coup de semonce à l’encontre du processus de déshumanisation qui sévit en Irak. Alors que l’ennemi se cache désormais sous l’acronyme de MAM (military-age man, homme en âge de porter les armes) et que son cadavre ne recueille plus en guise d’éloge funèbre que les quatre initiales EKIA (ennemy killed in action, ennemi tué pendant le combat), apparaît l’immanente absurdité d’une guerre qui n’est pas ni celles des jeunes soldats américains sacrifiés sur l’autel de la lutte contre l’ « axe du mal » ni celles des familles irakiennes bombardés sur leur terre natale. Un scandale humain résumé par une affiche placardée sur un des murs de Sparte, l’avant-poste des Marines installé en plein cœur d’Haditha, qui indiquait cyniquement : « soyez polis, soyez professionnels, soyez prêts à tuer tous ceux que vous rencontrerez ». En une phrase tout est dit, la guerre au sein des populations est malheureusement à ce prix.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite