Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 09:06

Éditions Vuibert, 2011

cover-atlas-histoire.jpg

 

 

Un an avant la publication de L’Atlas 2013, les Éditions Vuibert s’étaient déjà associées au Monde Diplomatique pour produire cet Atlas Histoire, avec pour sous-titre : Histoire critique du XXe siècle. Cette précision est importante, car elle pose dès le début la dimension critique assumée de l’ouvrage, dont les analyses historiques s’expriment via le prisme de l’anticapitalisme et de l’anti-impérialisme. Nulle surprise, puisque l’on retrouve là deux des grands chevaux de batailles du Monde Diplomatique.

 
Présenter une histoire critique du XXe siècle paraît à première vue impossible, tant la période fut riche en ruptures et bouleversements civilisationnels. La forme choisie adopte donc un parti pris évacuant toute exhaustivité, puisqu’elle présente une quarantaine de focus d’une double page, chacun s’articulant autour d’une problématique bien précise. Chacun de ces zooms historiques offre au lecteur un article de synthèse sur la problématique traitée, systématiquement illustré par une ou deux cartographies. C’est qui s’avère intéressant, ce sont justement les sujets retenus, qui dénotent par leur originalité : le génocide arménien, l’incompétence du général Joffre, les armées blanches en Russie, les artistes sous le New Deal, le révisionnisme historique autour du pacte germano-soviétique, la guerre méconnue du Cameroun (1955-1971), l’échec de l’Europe sociale, la RDA, la création de l’ALENA due aux lobbys américains, les méthodes actuelles de contestation politique, etc. La vue d’ensemble offerte par ces différents éclairages prononce la victoire du capitalisme, qu’il ne faut pas cesser pour autant de combattre, ainsi que l’ensemble des forces centrifuges et centripètes caractéristiques des impérialismes. De fait, l’Atlas Histoire tente d’aller à contre-courant du mainstream idéologique propre au processus de mondialisation-globalisation. Un effort de lucidité qu’on ne peut évidemment que saluer, même si l’on peut toutefois regretter l’absence de traitement des questions liées aux flux migratoires et aux capacités de projection militaire, pourtant plus que jamais fondamentales.

  

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite