Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 21:04

Éditions Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 2008


cover-Junger.jpg

 

 

Les Journaux de guerre d’Ernst Jünger sont une œuvre majeure de la littérature du XXe siècle. Non seulement ils constituent un témoignage inestimable de la Première Guerre mondiale vécue depuis les tranchées, mais la force d’écriture d’Ernst Jünger permet de vivre au plus près cette véritable « expérience de chair et de sang ». Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre choisi par la Bibliothèque de la Pléiade, Ernst Jünger choisit de publier ses notes de carnets non sous la forme de journaux mais sous celle de véritables récits de guerre. Il n’hésitera d’ailleurs pas à retravailler à de multiples reprises ses écrits, remaniant par exemple sept fois Orages d’acier lors des différentes publications échelonnées entre 1920 et 1978. Ce souci du mot juste et de l’intelligible description de la furie des combats nous transmettent, un siècle plus tard, « l’horreur, l’angoisse, l’anéantissement pressenti, la soif d’un déchaînement intégral dans la lutte » qui happèrent alors les belligérants.


Orages d’aciers est certainement le récit le plus connu de l’auteur. Il narre toute son expérience personnelle du conflit, de la mobilisation en 1914 jusqu’à la fin des combats en 1918. Voyageant sur les différentes lignes du front, le lecteur assiste à la lutte pour la survie effarante de cet officier allemand devenu héros de guerre, blessé à pas moins de quinze reprises, ce qui  en fit le plus jeune récipiendaire de la plus haute distinction prussienne « Pour le mérite ».

Le boqueteau 125 est la chronique de combats de tranchées auxquels prit part Jünger en 1918. Centrée sur les combats pour le contrôle dérisoire d’un simple boqueteau, elle raconte le quotidien mortifère du soldat, bringuebalé dans les dangereux entonnoirs des avant-postes de reconnaissance, au fond des tranchées de la première ligne ou mis en réserve sur les arrières, selon un calendrier réglé à la minute.

Feu et sang relate l’épisode d’une grande bataille, celle de la tentative de percée du front britannique effectuée par les Allemands au début de l’année 1918. C’est le récit qui m’a le plus marqué, puisque l’auteur nous transporte au sein des groupes de choc, ces troupes d’assaut d’élite chargées de briser les premières lignes ennemies. La pression psychologique qui repose sur ces hommes est hallucinante, tout comme l’est la sauvagerie des combats à la grenade dans les tranchées prises d’assaut. Feu et sang est un texte fou, qui parvient à s’immiscer au cœur du mystère guerrier, telle une esthétisation de la guerre intrinsèquement liée à la sauvagerie intemporelle de l’homme.

Le combat comme expérience intérieure décrypte les différents champs métaphysiques du guerrier : le sang, l’horreur, la bravoure, le contraste, le feu, l’angoisse, etc. On sent l’auteur écartelé entre son penchant pour l’héroïsation de la guerre et l’horreur éprouvée devant l’étendue de ses ravages. L’impératif de survie lui dicte une appréhension de la mort paradoxale, teintée d’amor fati : « Que l’on tue des hommes cela n’est rien, il faut bien qu’ils meurent un jour, mais on n’a pas le droit de les nier. Non, les nier, on n’en a pas le droit. » (p.579).

 

D’autres écrits viennent s’ajouter au fort utile répertoire des termes militaires placé en fin d’ouvrage, qui apportent de nouveaux éclairages sur la Première Guerre mondiale. La déclaration de guerre de 1914 revient sur l’état d’esprit nationaliste des soldats à la mobilisation. Sturm s’avère être la première tentative de fiction de l’auteur. Reprenant certains éléments autobiographiques, elle décrit la fraternité entre combattants d’un même camp. Quant à Feu et mouvement, il s’agit d’une courte synthèse sur l’évolution de l’art militaire au début du XXe siècle, qui résume intelligemment comment apparurent les nouveaux concepts de tirs de barrage, de tirs d’anéantissement, de feu roulant, toutes ces nouvelles pratiques industrielles de la guerre qui reléguèrent l’individu au rôle de simple pantin désarticulé. Sans oublier, bien sûr, que cette densité inédite du feu fut accrue par l’utilisation des gaz asphyxiants.

 

Je conclurai cette critique en soulignant que la bande-annonce de la traduction allemande de Capitaine Conan, en 1935, comportait un jugement d’Ernst Jünger. Il n’est pas étonnant de retrouver dans ce roman, déjà chroniqué sur ce blog, cette figure à la fois tragique et impitoyable du lansquenet à laquelle s’oppose l’idéalisme héroïque de Jünger. Les Journaux de guerre d’Ernst Jünger sont fondamentaux pour comprendre le fait que, de tous temps et à toutes époques, l’important n’est pas de saisir le pourquoi de la guerre, mais comment l’homme se bat.

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article

commentaires

Jérémie Pérez 03/01/2011 21:28



Intéressante synthèse à mettre pourquoi pas en regard d'une (à venir ?) du "Feu" d'Henri Barbusse qui, bien que sa lecture soit démodée (comme Ernst Jünger du reste) est un grand livre sur la
guerre (et contre la guerre)



Matthieu Roger 03/01/2011 22:48



Ce serait une bonne idée en effet. J'ai lu le Feu d'Henri Barbusse il y a très très longtemps, il y a une dizaine d'année, et d'après mes souvenirs il valait le détour. Sa vision est beaucoup
plus pacifiste que celle de Jünger, qui s'était engagé dans les années 1920 dans un nationalisme intransigeant avant de s'opposer au nazisme.



Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite