Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 16:22

Bimensuel édité par Mondadori France

 

cover-guerres-9.jpg

 

 

À mettre en exergue dans ce neuvième numéro de Guerres & Histoire la très intéressante interview de Bruno Colson par Laurent Henninger, qui traite de la pensée militaire du Suisse Antoine Henri de Jomini. Ce dernier fut plusieurs années chef d’état-major du maréchal Ney, avant de passés aux alliés combattant Napoléon en 1813. C’est lui qui a diffusé et fait la publicité du terme de « stratégie », même si celui-ci fut en fait forgé au XVIIIe siècle par le théoricien français Joly de Maizeroy. Surtout connu pour son Précis de l’art de la guerre, Jomini a également écrit un Traité des grandes opérations militaires, en se basant sur ses observations recueillies tout au long des guerres de la Révolution et du Ier Empire. Selon Bruno Colson, la postérité de l’œuvre de Jomini est immense, puisque le Suisse a fortement influencé l’enseignement militaire des XIXe et XXe siècles, notamment outre-Atlantique. Au bout du compte, « il reste l’homme d’une seule idée, qui peut se résumer ainsi : il faut masser plus de forces que l’ennemi sur un point décisif ».

 

Je voudrais également mettre en avant « Denain, la manœuvre du miracle », écrit par Guillaume Lasconjarias, chercheur à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire. Cet article montre qu’en matière d’affaires militaires l’audace s’avère parfois payante, en témoigne la contremarche osée tentée contre le Prince Eugène par Villars en 1712 le long de la Selle, affluent de l’Escault. Pourtant en infériorité numérique face aux troupes néerlandaises, les attaques vigoureuses portées en colonnes – disposition rare à l’époque – sur les fortifications ennemies permettent aux Français d’emporter la mise à Denain, et de desserrer ainsi grandement l’étau qui pesait alors sur tout le nord de la France.

 

Enfin, entres autres, une double page d’Éric Tréguier nous fait découvrir les kobukson ou « bateaux-tortues », étranges navires hérissés de piques conçu à la fin du XVIe siècle par l’amiral coréen Yi pour lutter contre la flotte nipponne. Ces étonnants bateaux étaient carrément hors normes pour l’époque : blindage épais, puissance de feu inégalés des 25 canons embarqués, autonomie totale. Surprenant !

 

 

 

Par Matthieu ROGER


Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Stratégie militaire
commenter cet article

commentaires

Tietie007 06/04/2015 17:51

Excellent numéro de Guerre et Histoire qui illustre bien que le nerf de la guerre fut le pétrole. Et à ce niveau-là, la guerre était perdue d'avance pour l'Axe.

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite