Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 16:31

Trimestriel édité par Mondadori France

 

Guerres-Histoire-2

 

 

Avant toute chose je tiens à remercier Jean Lopez et la rédaction de Guerres & Histoire pour leur envoi gracieux des premiers numéros de la revue. On sent une équipe à l’écoute des desiderata et remarques de ses lecteurs – en atteste d’ailleurs les « questions & réponses » et courriers des lecteurs publiés dans ce numéro. Un mode de fonctionnement qui intègre l’opinion du lectorat : primordial si Guerres & Histoire entend développer son public à moyen terme.

 

Ce second opus de la revue confirme toutes les promesses entrevues en mars. Sa grande force, selon moi, est d’aborder des conflits qui sont généralement peu traités par la vulgate historiographique. Ainsi le reportage photos saisit-il la guerre du Biafra, guerre civile entre Nigérians et Biafrais (indépendantistes situés à l’est du Niger) dont on connait bien souvent le nom mais guère les tenants et aboutissants. Un autre article raconte la « guerre oubliée » des États-Unis contre le Mexique, une des premières étapes importantes dans le façonnement des visées impérialistes américaines. L’exposé sur la Garde varègue : l’armée privée des empereurs byzantins revient quant à lui sur une unité de mercenaires méconnue, qui constitua pourtant durant plusieurs siècles l’élite de la garde rapprochée du basileus. Enfin, Tyr, le maître siège d’Alexandre rappelle fort justement que le conquérant macédonien s’avérait aussi pugnace lorsqu’il s’agissait d’assiéger une ville que lorsqu’il fallait manœuvrer sur les champs de batailles. Autant d’articles qui invitent à la curiosité intellectuelle.

 

Si le premier numéro avait fait sa une sur Napoléon – publicité du célèbre bicorne oblige – le dossier central porte ici sur l’Opération Barbarossa déclenchée en juin 1941 par Hitler contre l’URSS. Rédigé par Jean Lopez et Yasha MacLasha, ce dossier à la fois pertinent et passionnant réussit le tour de force de synthétiser en vingt-cinq pages les enjeux stratégiques et opérationnels cette offensive dantesque. Si l’on connait déjà bien sûr le dénouement militaire de cette opération, il est proprement hallucinant d’observer les quantités matérielles engagées. Au « gigantisme insensé du plan Barbarossa » correspondent des impératifs logistiques qui auront raison de la Wehrmacht, malgré sa supériorité tactique indéniable sur les troupes russes. Ce type d’article résume en lui-même la politique éditoriale de Guerres & Histoire : proposer une vulgarisation historique de très grand qualité, en appuyant le propos sur de solides références biographiques et de nombreux visuels (infographies, cartes, photos, etc.). Le seul bémol que j’aurais à formuler est la mise en page, trop surchargée à mon goût, qui pâtit de l’insert des nombreuses définitions et encarts explicatifs contextualisant le texte.  On me répondra que la vulgarisation est à ce prix, dont acte. Quoi qu’il en soit, avec cent-dix pages de lecture il y a là de quoi largement rassasier les passionnés d’histoire en tous genres. Déjà incontournable dès son deuxième numéro, Guerres & Histoire est un magazine qui, je l’espère, n’a pas finit de faire parler de lui.

 

 

Par Matthieu Roger


Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite