Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 21:56

Éditions Odile Jacob, 2011

couv almeida

 

 

Longtemps méprisée par une historiographie cherchant sa crédibilité dans un traitement scientifique des données au détriment d'un profitable effort d’imagination, l’uchronie est désormais à la mode. Depuis une douzaine d’année, sous l’impulsion des historiens anglos-saxons, l’histoire contrefactuelle inspire par exemple aussi bien la bande-dessinée que la très sérieuse série What if?. À chaque fois le principe est le même : peindre de manière crédible les scénarios divergents de la petite ou de la grande histoire. Ou pour le dire autrement, « à partir de matériaux fiables, il s’agit de proposer le roman de ce qui aurait pu se passer ». L’histoire potentielle contribue ainsi à éviter une mythologisation du passé, constituant de fait une méthode efficace pour penser l’état et le devenir des sociétés.


C’est munis ce postulat de départ qu’Anthony Rowley, professeur à Sciences-Po, et Fabrice Almeida, ancien directeur de l’Institut d’histoire du temps présent, ont écrit Et si on refaisait l’histoire ?. Ensemble ils présentent aux lecteurs seize chapitres d’histoire alternative, qui abordent l’antiquité, le Moyen-Âge, l’époque moderne, la guerre du Kippour, etc. Si le scénario d’un Ponce Pilate épargnant Jésus s’avère peu plausible, puisqu’escamotant la dimension eschatologique du Christ, si celui d’un Napoléon III prévenant le déclenchement de la guerre de 1870 est dépeint de manière trop brouillonne pour s’avérer pertinente, les autres canevas évènementiels stimulent notre intellect de manière réjouissante. Souvent, les conséquences des bifurcations historiques proposées estomaquent le lecteur. Si la bombe atomique n’avait pas été au rendez-vous en 1945, de nouvelles centaines de milliers de morts se seraient ajoutées au tragique bilan comptable de la Seconde Guerre Mondiale. Si Israël avait été rayé de la carte en 1973, sous les coups de boutoir des armées égyptienne, syrienne et jordanienne, l’État palestinien ne serait peut-être aujourd’hui qu’une simple chimère. Deux exemples parmi tant d’autres possibles…

 

On ne le dira jamais assez, mais l’uchronie est un exercice des plus salutaires.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite