Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 13:49

Éditions Perrin, 2004

aba8a4fff1df87172dfd5ce8d7ab6416-500x500.gif

 

 

Je suis loin d’être un inconditionnel des dictionnaires en tous genres. Bien qu’utiles, ceux-ci souffrent la plupart du temps d’une présentation plutôt rébarbative, et leur nature à la fois exhaustive et énumérative  ne constitue pas un mode d’apprentissage très attractif. Heureusement, on tombe de temps sur quelques « pépites », dont ce Dictionnaire Perrin des guerres et des batailles de l’histoire de France édité en 2004. Grâce à une présentation aérée et une typographie agréable, agrémentées de soixante-quinze cartes inédites, le lecteur se voit convié à parcourir l’intégralité de l’histoire de France et à revivre la centaine de guerres et le demi-millier de batailles majeures qui l’ont jalonnée. Les Éditions Perrin ont fait fort en rassemblant sous la direction de Jacques Garnier, membre de la Commission française de l’histoire militaire et de la Société de l’histoire de France, vingt-six des meilleurs historiens militaires français, dont, entre autres, Bernard Coppens, Philippe Contamine, le général Jean Delmas ou encore Thierry Lentz. Les articles qui présentent l’intégralité d’un conflit sont bien sûr plus développés que ceux présentant les batailles, mais on appréciera fortement le fait que ces derniers soient systématiquement introduits par un bref paragraphe exposant le contexte historique et militaire des combats. En outre, la nomenclature des guerres et des batailles située en fin d’ouvrage se révèle extrêmement précieux pour quiconque voudra procéder de manière chronologique ou simplement revenir sur une guerre en particulier ainsi que sur les engagements qui l’ont émaillée.

 

Plus qu’une simple compilation guerrière, ce dictionnaire est une invitation perpétuelle à se replonger dans ces batailles qui aujourd’hui font partie intégrante de notre patrimoine historique national. C’est à mon avis une grave erreur que de dénigrer ce que certains ont appelé parfois avec dédain l’« histoire bataille ». Comme le rappelle Jean Tulard dans sa préface, Napoléon lui-même considérait l’analyse des batailles comme un champ d’études et de d’enrichissement incontournable : « La bataille est une action dramatique qui a son commencement, son milieu et sa fin. L’ordre de bataille que prennent les deux armées, les premiers mouvements que fait l’armée attaquée forment un nœud, ce qui oblige à de nouvelles dispositions et amène la crise d’où naît le résultat ou dénouement. ». On peut ainsi redécouvrir certains conflits et batailles sortis de la mémoire collective, telles ces trop méconnues Guerres de Religions qui mirent s à feu et à sang le royaume de France pendant trente-six ans (1562-1598), excellemment narrées par Jean-Paul Le Flem. De même, on découvre ou redécouvre au fil des articles les premières invasions celtes, la Praguerie de 1440, les campagnes navales contre les Barbaresques (1681-1688), l’expédition d’Espagne de 1823, la guerre du Kosovo (1998-1999), etc., autant de dates, de lieux et d’hommes qui rappellent le rayonnement international et la richesse exceptionnelle de l’histoire militaire française. Nul doute que les passionnés de stratégie et de tactique trouveront dans ce livre qui respire le fracas des mêlées matière à étancher leur soif inextinguible de connaissances polémologiques.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite