Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 14:57

VLB Éditeur, 2011

cover-culloden.jpg

 

 

Culloden s’ouvre sur la bataille éponyme qui mit aux prises, le 16 avril 1746, l’armée anglaise aux troupes jacobites, partisanes du retour des Stuart sur le trône d’Écosse et d’Angleterre. En face des 8500 Hanovriens du duc de Cumberland se tiennent environ 5000 Highlanders, qui seront lourdement défaits ce jour-là malgré des succès initiaux à Prestonpans (septembre 1745) et Falkirk (janvier 1746). Mais le contexte historique de l’après bataille n’est en fait qu’un prétexte utilisé par Valérie Langlois pur déployer une histoire d’amour aussi classique que naïve entre la jeune Aimili et Lachlan MacGregor, valeureux rescapé de l’affrontement. Ce roman historique, si l’on peut le qualifier de tel, ne se résume qu’à une interminable trame amoureuse, entrecoupée de péripéties plus ou moins attendues. Il ne suffit malheureusement pas de quelques émois amoureux narrés à la truelle pour emporter l’adhésion du lecteur. Le style de l’auteure ne fait jamais mouche et ne réussit pas à retranscrire le tragique chant des signes de cette « fin des clans » écossais annoncée en sous-titre. Les sentiments des deux héros sont dépeints avec une naïveté désarmante, et les descriptions des différentes personnages sont parfois tellement gauches qu’on en devine à l’avance quel rôle chacun tiendra tout au long du récit. Bref, le récit de Valérie Langlois souffre d’un cruel manque de souffle épique ou de lyrisme, alors que l’époque traitée s’y prêtait pourtant à merveille. N’est pas Walter Scott qui veut…

 

Culloden fait partie de ces livres que l’on oublie instantanément une fois la dernière page tournée. Laissons tout de même à l’auteure, dont il s’agit ici du premier ouvrage publié, le bénéfice de la seconde chance. 

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Fictions
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite