Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 15:34

Éditions Perrin, 2013 (première publication en 1976)

 

cover-anatomie-bataille.jpg

 

 

La plupart du temps, l’histoire militaire se préoccupe surtout de tactique, d’art opératique, ou bien de grande stratégie. La bataille est y entendue comme un climax des campagnes, comme un événement charnière analysé à l’aune des plans conçus au préalable par les généraux en chef. Dans Anatomie de la bataille, l’historien John Keegan (1934-2012) resserre sa focale pour appréhender la bataille à l’échelle de l’individu, qu’il s’agisse du simple soldat ou de l’officier. En effet, comment expliquer la bataille sans se pencher sur les pressions coercitives s’exerçant sur ces hommes envoyés au cœur d’un combat mortel ? Comment ces soldats, faits de chair et de sang, aux motivations parfois très diverses, peuvent-ils souffrir, tout en remplissant leur office, l’angoisse, l’excitation et la peur qui étreignent au cœur de la mêlée ? De même, que savons-nous aujourd’hui vraiment réellement de ce que signifie traverser une bataille ? Quels sont ses odeurs, ses sons, ses temporalités, ses contrechamps ? Autant de question auxquelles John Keegan tente de répondre en balayant nos idées préconçues et en replaçant la dimension humaine du combat au cœur de son argumentation. Pour ce faire, il articule son propos autour de trois batailles : Azincourt (1415), Waterloo (1815) et La Somme (1916). Tout en distinguant avec grande justesse les caractéristiques guerrières  propres à chacune des trois époques, il parvient à dégager une constante invariable en ce qui concerne la nature de toute bataille, à savoir que celle-ci est essentiellement un conflit moral. « Ce que toutes ces batailles ont de commun c’est l’humain, c’est le comportement des hommes qui tentent de concilier leur instinct de préservation, leur sens de l’honneur et l’accomplissement d’un but au péril de leur vie. L’étude de la bataille c’est donc toujours l’étude de la peur et généralement de l’obéissance, toujours de la contrainte physique et parfois du refus de l’obéissance, toujours de l’angoisse, parfois de l’enthousiasme ou de la catharsis, toujours de l’incertitude, du doute, des fausses nouvelles et des mauvaises interprétations, généralement de la foi et parfois même de la vision, toujours de l violence et parfois de la cruauté du sens du sacrifice et de la compassion. Surtout, c’est l’étude de la désintégration des liens. Après tout, c’est à la désintégration de l’adversaire que tend toute bataille. » (p. 354-355). Rien que ces quatre phrases nous font comprendre combien la bataille est un événement multiforme, changeant, nœud de forces et de variables génératrices de chaos.

 

Publié pour la première fois en 1976, Anatomie de la bataille est indéniablement un classique. Un classique, certes, mais un classique original qui déplace les points de vue, démontrant que le niveau micro peut s‘avérer tout aussi chargé de sens, si ce n’est plus, que le niveau macro. Pour le dire plus simplement, la vision du soldat de base est tout aussi signifiante que celle du général en chef. On retrouve cette approche individuelle et humaine dans L’art du commandement (Perrin, 2010). En plaçant le lecteur dans la peau d’un archer gallois, d’un fusilier de ligne ou d’un troupier des tranchées, John Keegan réussit à nous faire toucher du doigt l’épreuve psychologique incommensurable que constitue la bataille.

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Histoire militaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite