Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 13:34

Éditions Perrin, 2017

 

 

 

Le défi auquel s'attaque Patrice Gueniffey avec ce Napoléon et de Gaulle est de taille : il ne s'agit rien de moins que de mettre en parallèle les destins nationaux de ces deux grands personnages tutélaires de l'Histoire de France, tout en interrogeant de manière plus générale la place de la figure héroïque à travers les siècles. Ce n'est donc pas un hasard si le sous-titre de cet ouvrage annonce le parti-pris : "deux héros français". Battant en brèche l'approche structurelle et parfois maximaliste de l'École des Annales, il détourne l'exercice biographique afin de faire se dresser devant nous le génie politique propre au futur Empereur des Français et au futur Président de la République française, capables par leur seule volonté d'infléchir le cours des événements. Plus qu'une doctrine personnelle, c'est bel et bien un art du jugement dont firent montre Napoléon et de Gaulle. De même qu'ils revendiquaient un lien direct et personnel avec le peuple français, ils incarnèrent tous deux, dans des contextes extrêmement différents, l'homme d'État par excellence. Cette stature, ils ne la cultivèrent pas de la même manière. Là où Napoléon se prévalait d'une gouvernement par la guerre afin de mener à bien ses ambitions, de Gaulle appuyait son action politique sur le refus de tout idéalisme ingénu, couplé à un fort attachement aux principes moraux. Deux hommes, deux destins hors normes, deux visions du lien reliant le chef à la nation. Car comme le rappelle si bien Patrice Gueniffey, "l'héroïsme n'est pas seulement transgressif, il est profondément individuel, unique, non reproductible, incomparable".

 

L'auteur, historien spécialiste de la Révolution et de l'Empire et directeur d'études à l'EHESS, nous livre ici un livre remarquable, dont les sphères d'analyses dépassent largement la simple étude des vies respectives de Napoléon et de Gaulle. Le tout est très bien écrit et, si l'on excepte un dernier chapitre moins pertinent sur le Panthéon, ce "cimetière des héros", on en ressort saisi par sa réflexion sur la responsabilité collective porté par l'historiographie et la manière dont celle-ci peut construire ou déconstruire un roman national.

 

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite