Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:11

Les Échappés, 2015

 

 

 

Il existe des ouvrages qui pèsent plus que d'autres, et cela indépendamment de leur taille ou du nombre de pages qui les composent. L'ultime opus de Charb, Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes, est de ceux-là. Lourd de souvenirs, lourd de conséquences, lourd de sens surtout, il y effectue une mise au point concernant les attaques constantes qui touchent le journal dans lequel il officie. Un coup de colère venant du cœur, qui a gagné en force avec l'assassinat de son auteur le 7 janvier dernier, deux jours seulement après l'avoir bouclé. Si sa plume s'est tue à tout jamais, il nous laisse une ode à la liberté d'expression, fustigeant l'ignorance et l’imbécillité, intelligemment écrite.

 

En sept lettres il répond à tous ceux qui les accusent, lui et Charlie Hebdo, d'être islamophobes. Dans sa ligne de mire, tour à tour les extrémistes religieux se servant du dogme pour asseoir leur légitimité, les racistes qui détournent l'hebdomadaire pour véhiculer leurs idées, les médias qui agitent des chiffons rouges dans leurs colonnes et les politiques fébriles qui cèdent face à la pression des extrêmes, au point d'aller à l'encontre de la législation française. S'il poursuit ici son combat, c'est sans agression, mais en invoquant les racines des mots dans une leçon de vocabulaire adressée à tous ceux qui en dévoient le sens. Sans cesse pointé du doigt et jugé pour provocation envers les musulmans, il rappelle que les phobies sont des peurs et que, par extension, l'islamophobie est une peur de l'islam. Or, si la peur est regrettable, elle n'est en rien condamnable. En fervent défenseur de l'égalité des droits, il constate que le terme islamophobie a remplacé celui de racisme et dénonce dans ce livre l'instrumentalisation de cette formule pour amalgamer les antiracistes critiquant un culte à ceux qui s'en prennent aux adeptes de l'islam. Critiquer une spiritualité est devenu aussi répréhensible que de discriminer quelqu'un en raison de son appartenance religieuse.

Charb nous laisse son dernier témoignage quant à son inquiétude de voir la lutte antiraciste évincée par une lutte pour la protection et la promotion d'une théologie, mais aussi de voir la libéralisation du racisme ouverte par le débat sur l'identité nationale engagé par Nicolas Sarkozy. Il milite pour son droit à l'humour, son droit au blasphème, considérant qu'il n'y a pas de doctrine au-dessus des autres. La pointe critique est toujours là, le cynisme aussi, mais uniquement pour souligner le ridicule de ces messages mortifères. Ainsi conclut-il cet opuscule posthume en posant la question suivante : et l'athéophobie dans tout ça ?

Si incontestablement Charb était un dessinateur de talent, sa plume n'a rien à envier à son coup de crayon ! Un hymne à l'antiracisme à lire sans modération !

 

 

 

Par KanKr

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Culture(s)
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite