Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 10:34

Éditions Mille et Une Nuits, 2007

 

 

 

Dans la bibliographie d'Ernesto Rafael Guevara de la Serna, Voyage à motocyclette est un écrit de référence. Rédigé alors qu'il n'était encore qu'un étudiant en médecine grandissant dans une famille bourgeoise à l'abri de tout besoin, il contient les prémices de réflexions qui l'amèneront à devenir le Che. Pourtant, le 29 décembre 1951, lorsqu'il enfourche Poderosa, la Norton 500 de son ami Alberto Granado avec qui il s’apprête à parcourir l'Amérique latine, il est loin des luttes qui l'ont plus tard rendu célèbre. Ernesto va bientôt avoir vingt-quatre ans et c'est avec des cahiers, des crayons, un sac sur le dos et une bonne dose d'insouciance dans les poches qu'il entame ce voyage qui, au fil des kilomètres, se révélera initiatique. Ce périple, le premier d'envergure du futur guérillero, raconte dans un premier temps leur quotidien. Il évoque leur épopée, la description des paysages qu'ils traversent et leurs déboires (le froid, la chaleur, les moustiques, la fatigue, la faim, les chutes...) rythmés par les crises d'asthme d'Ernesto. Ces quelques notes prises sur des carnets constituent un simple témoignage de deux amis partis assouvir un caprice d'errance et d'aventure vers l'inconnu et remplissent les pages blanches d'inoubliables souvenirs de route.

Au fur et à mesure de leurs pérégrinations à travers l’Amérique latine, le ton change. L'œil de l'auteur fixe moins la nature, attiré progressivement par les sociétés qui l'entourent. Les descriptions de paysages, le romantisme du voyage et les plaisirs de la bonne bouffe et du vin s'effacent derrière les portraits de ceux qui croisent son chemin. C'est une énième panne de Poderosa, la dernière, obligeant les deux amis à continuer ce périple à la seule force du pouce et des jambes, qui va marquer un réel tournant dans le récit. Désormais au contact des populations, Ernesto va progressivement s'immerger dans le quotidien de peuples opprimés, vivant dans la misère et l'insalubrité et ne bénéficiant que de soins précaires. Visitant les mines de sel et les léproseries, il prend conscience des réalités sociales des ouvriers et des malades enclavés dans l'exploitation, l'ostracisme ou encore le mépris.

C'est en désirant découvrir le monde qu'Ernesto croise son destin, se construisant par ses rencontres et ses désillusions sur la civilisation, loin de la sphère politique actuelle qui a perdu contact avec ses administrés. Même s'il ne le sait pas encore, il a déjà rendez-vous avec l'Histoire ! À travers ces péripéties de baroudeur, nous percevons un autre visage (drôle, facétieux, intelligent et débrouillard) de la future figure de la révolution cubaine, orateur hors pair, craint par ses adversaires autant que par ses amis. Le révolutionnaire se construit, mais c'est le cœur qui prend les armes en premier !

 

Ce qui n'était qu'un carnet de voyage de l'Argentine à Miami en passant par le Chili, la Cordillère des Andes, le Venezuela, la forêt équatoriale, la Colombie, etc., destiné à rester dans un fond de tiroir du jeune étudiant en médecine, est devenu un témoignage historique et sincère, car aucunement promis à une quelconque édition. Un ouvrage pertinent, lucide et d'une maturité indéniable malgré l'innocence de l'auteur dont la plume se révèle d'une grande qualité. Un livre qu'il faut incontestablement posséder dans sa bibliothèque !

 

 

Par KanKr

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Géographie
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite