Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 10:49

La Documentation Française, mai-août 2015

 

 

 

La revue Questions Internationales a publié cet été un très intéressant numéro double consacré au concept de puissance militaire. Divisé en trois grandes parties (« La puissance militaire », « Quelques acteurs militaires », « La puissance militaire dans l’histoire de quelques grands empires »), celui-ci regroupe une vingtaine d’articles s’attachant à décrypter l’évolution du lien entre géostratégie et la multiplicité des facteurs qui fondent ou invalident cette notion de puissance militaire. Malgré des propos aux formulations parfois trop académiques, ce panorama contemporain fournit au lecteur pléthore d’outils pour mieux comprendre les relations internationales ainsi que les rapports de force qui les sous-tendent. Sans pour autant évacuer une mise en perspective historique, puisque la troisième grande partie intitulée « La puissance militaire dans l’histoire de quelques grands empires » revient sur l’usage de la force armée au temps d’Alexandre le Grand, de l’Empire romain, de l’Empire ottoman, de l’Empire germano-prussien, de Napoléon, ou bien encore de la colonisation.

 

Deux articles se distinguent à mon sens par la pertinence et la clairvoyance de leurs analyses. Celui de Michel Goya tout d’abord, qui met en lumière les nouveaux enjeux militaires soulevés par la prédominance actuelle des conflits asymétriques (« L’adaptation des moyens militaires aux conflits asymétriques », p. 54-61). Le second article, que l’on doit à Frédéric Charillon, directeur de l’Institut de Recherches Stratégiques de l’École Militaire, revient quant à lui sur les atouts et faiblesses de la France en tant que potentielle grande puissance mondiale, à l’heure où ses défis internationaux deviennent de plus en plus multiformes et souvent lointains (« Questions sur la puissance militaire française », p. 146-153). Mais le constat le plus important est peut-être celui que dresse Pierre Buhler, cité par Pierre-Olivier Eglemme lorsqu’il évalue la force militaire de l’Europe actuelle : « Peu nombreux sont les États européens qui sont prêts à investir dans l’Europe une volonté de puissance, en particulier dans sa forme militaire. La plupart des nations européennes n’en voient guère la nécessité, associant la puissance au nationalisme et à ses abus, à la Machtpolitik aux funestes conséquences, aux tragédies qui ont affligé leur continent au XXe siècle. Spectre hantant la conscience historique des Européens, traumatisés par les deux conflits mondiaux, la puissance reste frappée d’illégitimité et d’immoralité. » (in La Puissance au XXIe siècle. Les nouvelles définitions du monde, CNRS Éditions, 2011). De là à diagnostiquer un déclin stratégique de l’Europe il n’y a qu’un pas, que l’on franchit aisément. Extrêmement préoccupant.

 

 

 

Par Matthieu Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Roger - dans Relations internationales
commenter cet article

commentaires

Recherche

Rhapsodie

Mon âme et mon royaume ont pour vaisseaux les astres

Les cieux étincelants d’inexplorées contrées

Ébloui par l’aurore et ses nobles pilastres

J’embrasse le fronton du Parthénon doré

 

 

Frôlant l’insigne faîte des chênes séculaires

Je dévide mes pas le long d’un blanc chemin

À mes côtés chevauche le prince solitaire

Dont la couronne étreint les rêves de demain

 

 

Au fil de l’encre noire, ce tourbillon des mers

Ma prose peint, acerbe, les pennons désolés

D’ombrageux paladins aux fronts fiers et amers

Contemplant l’acrotère d’austères mausolées

 

 

Quiconque boit au calice des prouesses épiques

Sent résonner en lui l’antique mélopée

Du chant gracieux des muses et des gestes mythiques

Qui érigent en héros l’acier des épopées

 

 

Par Matthieu Rogercasque-hoplite